santé mentale

Eco-anxiété : comment y faire face.

Publié le

L’éco-anxiété, sentiment de détresse en lien avec le dérèglement du climat, s’impose comme un enjeu de santé mentale important, en France et ailleurs.

Durant la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Glasgow (Royaume-Uni), ou COP 26, des médias ou des institutions ont donné la parole à des citoyennes, des citoyens, des thérapeutes et des psychiatres qui réfléchissent aux moyens d’y faire face, aux stratégies qu’ils utilisent pour apaiser les angoisses liées à l’écologie.

A lire sur PsyCom (publié le 11 novembre 2021)

Documentaire-conférence : climat, tous biaisés ? Avec Albert Moukheiber

Vidéo Publié le Mis à jour le

Conférence réalisée dans le cadre de et maintenant ? Le festival international des idées de demain – 29 novembre 2021

Notre planète va mal, nous le savons. Et vu l’urgence de la situation, agir contre le réchauffement climatique et tous les autres maux de notre planète devrait être notre priorité. Pourtant, nous avons bien du mal à nous y mettre et pour certains même tout simplement à y croire. Comment expliquer cette inertie face à l’urgence environnementale ? Et si une partie de l’explication se situait à l’intérieur même de notre cerveau ?

Face à un réel multiple et complexe, des mécanismes cérébraux se mettent en place et nous piégeraient dans l’inaction. On les appelle les biais cognitifs.

Albert Moukheiber, neuroscientifique et psychologue, nous explique pourquoi et comment les déjouer.

Cette conférence est ponctuée d’extraits du documentaire Climat, mon cerveau fait l’autruche, coproduit par ARTE & Un film à la patte.

Sujets abordés dans la conférence

  • 2:51 Les biais cognitifs ou les heuristiques défaillants
  • 5:54 L’ écart entre l’intention et l’action
  • 7:11 La solastalgie ou l’éco-anxiété
  • 14:54 La diffusion de la responsabilité
  • 23:10 Les 3 critères provoquant l’effondrement des civilisations
    1- 23:57 > Les décideurs ne sont pas impactés par leurs décisions
    2- 24:54 > La désinformation et les conflits d’intérêts
    3- 25:43 > Le manque de coopération et de solidarité
  • 27:53 Le biais de confirmation
  • 32:44 Le raisonnement motivé
  • 34:15 La dissonance et la consonance cognitive
  • 35:42 L’ impuissance acquise
  • 39:59 Le contexte extérieur ou les déterminismes
  • 44:07 L’illusion de connaissance ou le scientisme

Source : Documentaire-conférence : climat, tous biaisés ? Avec Albert Moukheiber

Le fil à fil. N° 31 – Juin 2021 – Santé mentale et santé environnementale

Publié le Mis à jour le

La qualité de vie est selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : « la perception qu’a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lequel il vit et en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes. » Elle peut également être abordée de manière partielle en s’intéressant à la qualité de l’environnement des individus, à leur santé mentale et à leurs conditions de travail (*). Ce numéro a fait le choix de se focaliser sur quelques-unes des facettes des liens entre santé environnementale et santé mentale. 

> Lire le fil à fil 31

[Cycle de webinaires : Santé psychique et environnement : des liens multiples] #2 « Les bienfaits de la nature sur la santé psychique »

Publié le Mis à jour le

Depuis toujours, et partout dans le monde, la nature soigne les humains. Les bienfaits de la nature sur la santé psychique sont reconnus et avérés par nombres d’études scientifiques, certaines thérapies reposant même sur le contact avec la nature. Quelles sont les relations entre la nature et la santé psychique ? Comment la nature agit sur notre bien-être ? Comment développer des activités qui permettent de favoriser la relation au vivant ?

Intervenants : 

  • Nicolas Guéguen, professeur de psychologie sociale – sciences cognitives à l’université de Bretagne Sud
  • Julie Lan, Association Semis à tout va, REEA, Issoire. 

 Pour en savoir plus : Voir ou revoir le Webinaire « Les bienfaits de la nature sur la santé psychique – Agir-ese.org

Voir ou revoir le Webinaire « Eco-anxiété, solastalgie, nos émotions face aux crises »

Vidéo Publié le Mis à jour le

Face au constat des bienfaits de la nature et des impacts négatifs de la crise environnementale sur la santé psychique, le Pôle ESE et la plateforme santé mentale de l’IREPS ARA propose une série d’interventions et de rencontres croisant les domaines de la santé psychique et de l’environnement.

Le premier webinaire a abordé l’éco-anxiété, la solastalgie, et les émotions face aux crises, le 15 juin 2021

Les différentes catastrophes naturelles, les bouleversements climatiques, le déclin de la biodiversité et les conséquences actuelles et à venir, impactent non seulement notre santé physique mais également notre santé mentale. Angoisse, tristesse, peur…

Comment différencier l’éco-anxiété de la solastalgie et quelles sont les limites de ces termes ? Comment déceler ce trouble chez vos publics, en parler et les accompagner ? 

Intervenante : 

Charline Schmerber est praticienne en psychothérapie et accueille régulièrement des personnes qui se sentent impuissant.e.s face à la dégradation de nos environnements. Qu’il s’agisse d’éco-anxiété, de solastalgie, de collapsologie ou d’effondralgie, Charline Schmerber nous donne des clefs et des pistes de réflexion pour réussir à vivre en éco-sérénité

➡️ Pour en savoir plus  : [Cycle de webinaires] Santé psychique et environnement : des liens multiples | Pôle ESE

Impacts des inondations sur la santé mentale des Québécois : pourquoi certains citoyens sont-ils plus affectés que d’autres?

Publié le Mis à jour le

L’une des plus grandes enquêtes dans le monde ayant examiné les impacts sociosanitaires des inondations a été menée ici même, au Québec, par une équipe interdisciplinaire de l’Université de Sherbrooke (Pre Mélissa Généreux) en collaboration avec l’Université du Québec à Chicoutimi (Pre Danielle Maltais) et l’Université du Québec à Montréal (Pr Philippe Gachon). L’enquête a été financée par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Elle vise deux principaux objectifs : 1) documenter les conséquences des inondations sur la santé physique et mentale des personnes près d’un an après leur exposition et 2) identifier les facteurs de risque qui y sont associés. Le présent article présente les résultats de cette enquête en ce qui concerne les impacts des inondations sur la santé mentale des individus

http://www.monclimatmasante.qc.ca/impacts-des-inondations-sur-la-sante-mentale-des-quebecois

Les conséquences du réchauffement climatique altèrent aussi la santé mentale

Publié le Mis à jour le

« Quand les gens pensent au changement climatique, ils pensent d’abord à ses effets sur l’environnement et sur la santé physique. Mais les effets sur la santé mentale, bien que peu reconnus, affectent également un nombre considérable de personnes » Susan Clayton, professeure de psychologie (college of Wooster, Ohio, Etats-Unis).

De 20 % à 50 % des personnes exposées à une catastrophe naturelle ont un risque de développer des troubles psychologiques.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/04/13/les-consequences-du-rechauffement-climatique-alterent-aussi-la-sante-mentale_5449704_3244.html

La nature en ville et la santé

Publié le Mis à jour le

La relation entre santé et nature au sein des villes a longtemps été abordée sous l’angle d’une gestion des nuisances. Ces actions ont pour objectif d’éliminer des vecteurs de maladies (rats ou moustiques tigres par exemple), de dégradation des espaces publics (pigeons ou rongeurs), ou sources d’allergènes (bouleau et ambroisie).

Pour autant, une importante revue de la littérature réalisée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), montre que la nature en ville présenterait également de nombreux bénéfices pour la santé. Différents résultats indiquent ainsi que le fait d’habiter à proximité d’un espace vert serait associé à une amélioration des qualité et quantité de sommeil, une meilleure santé mentale, une moindre anxiété, une moindre prévalence du diabète de type 2, moins de troubles cardio-vasculaires, des poids de naissance plus élevés chez les nouveau-nés, une baisse du taux de prématurité, ainsi qu’une moindre mortalité générale.

Source : Microsoft Word – PVS – Nature en ville – VF – PVS-Nature-en-ville-VF.pdf

Appel à contributions : Santé mentale et isolement social

Publié le Mis à jour le

Santé & Territoires Nouvelle-Aquitaine

Selon la Fondation de France, plus de 5 millions de Français, soit près de 10% de la population, sont en situation d’isolement social. Cela a des effets sur leur santé physique et mentale. L’isolement social produit de la souffrance psycho-sociale et peut entraîner ou exacerber des troubles psychiques (par exemple, troubles du comportements, anxiété, insomnie, dépression, …). En tant que facteur défavorable à la santé mentale, il s’agit d’un enjeu de santé publique, autant que de cohésion sociale.

Fabrique Territoires Santé lance une capitalisation afin de récolter vos actions locales pour lutter contre l’isolement social des personnes vulnérables. 

https://goo.gl/forms/evILf2h4iDXp94qP2

Voir l’article original

Les effets de la pollution sur notre santé mentale (Les Savanturiers – France inter 08/01/2017)

Publié le Mis à jour le

Les pesticides, les plastiques ou les résidus de médicaments qui sont rejetés dans notre environnement affectent le développement du cerveau des enfants alors qu’il sont encore dans le ventre de leur mère. Pour Barbara Demeineix, l’intelligence des nouvelles générations est en péril, et de nombreuses études mettent en évidence une augmentation vertigineuse des cas d’autisme et des troubles de l’attention. En cause toujours, les perturbateurs endocriniens.

A écouter sur  France Inter : Les effets de la pollution sur notre santé mentale –