Pollution

L’impact de la qualité de l’air sur ma rhinite allergique

Publié le

Le projet Mask@PACA, cofinancé par l’Union Européenne avec les fonds régionaux FEDER,
propose de déployer sur le territoire de la Région Sud et d’Aix Marseille Provence Métropole une étude ciblée sur 3 zones d’intérêt (Marseille, Aix, Etang de Berre) afin de mesurer l’exposition à la pollution et aux allergènes et d’évaluer l’impact de la qualité de l’air sur la santé des citoyens. Un des objectifs à termes étant, une prédiction personnalisée pour le citoyen et une stratégie préventive locale adaptée.

https://mask-paca.com/accueil/

Améliorer la qualité de l’air aux abords des écoles : des repères méthodologiques

Publié le

Plus de trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France selon l’Organisation mondiale de la santé. Si la pollution de l’air a des impacts sur la santé de tous et de toutes, les enfants y sont particulièrement vulnérables en raison de l’immaturité de leur organisme et de leur fréquence respiratoire plus élevée. Face à ces enjeux, les responsables locaux ont un rôle à jouer pour agir sur la qualité de l’air, notamment par la mise en place d’actions au sein des communes et aux abords des écoles.

Ces repères s’adressent aux équipes des établissements scolaires et aux élu·es et agents des collectivités, en vue de leur permettre de mener un projet visant à améliorer la qualité de l’air extérieur aux abords des établissements scolaires. Il présente la méthodologie de projets permettant de décliner des actions visant l’amélioration de la qualité de l’air aux abords des écoles. Il a été réalisé grâce au soutien de l’Agence régionale de santé Grand Est et de l’Eurométropole de Strasbourg.

Exposition aux métaux de la population française : résultats de l’étude ESTEBAN

Publié le

Santé publique France publie les nouvelles données françaises d’exposition aux métaux de la population française issues de l’étude ESTEBAN. Cette étude a permis de décrire l’exposition à 27 métaux et de mesurer leur présence dans l’organisme des adultes, et pour la première fois à l’échelle nationale chez les enfants. Cette nouvelle photographie des imprégnations souligne que l’ensemble de la population est concerné. Il est donc nécessaire de maintenir les études de biosurveillance pour suivre l’évolution des expositions aux métaux et poursuivre les mesures visant à les réduire, en agissant en particulier sur les sources d’exposition, compte tenu de leurs effets néfastes sur la santé (cancérogénicité, effets osseux, rénaux, cardiovasculaires, neurotoxiques…).

https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/exposition-aux-metaux-de-la-population-francaise-resultats-de-l-etude-esteban

Émissions de gaz à effet de serre : le Conseil d’État enjoint au Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires avant le 31 mars 2022

Publié le

La commune de Grande-Synthe et plusieurs associations ont demandé au Conseil d’État d’annuler le refus du Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires pour atteindre l’objectif, issu de l’Accord de Paris, de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030. Le Conseil d’État fait droit à leur demande en observant d’une part que la baisse des émissions en 2019 est faible et que celle de 2020 n’est pas significative car l’activité économique a été réduite par la crise sanitaire et d’autre part que le respect de la trajectoire, qui prévoit notamment une baisse de 12 % des émissions pour la période 2024-2028, n’apparait pas atteignable si de nouvelles mesures ne sont pas adoptées rapidement. Le Conseil d’État enjoint donc au Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires d’ici le 31 mars 2022 pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030.

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-le-conseil-d-etat-enjoint-au-gouvernement-de-prendre-des-mesures-supplementaires-avant-le-31-mars-2022

« Encore trop de nos concitoyens respirent un air de mauvaise qualité », estime Jean-Luc Fugit

Publié le

Auditionné à l’Assemblée, le président du Conseil national de l’air – et député – Jean-Luc Fugit a plaidé pour un portage des politiques publiques de qualité de l’air « mieux identifié, plus fort et transversal ». Préconisant l’instauration d’un « diagnostic de performance de la qualité de l’air intérieur », il invite les collectivités locales à faire de la ventilation des salles de classe « une priorité » et à aider leurs concitoyens à changer de véhicules.

Réévaluation du glyphosate : le consortium d’États membres transmet son projet de rapport à l’EFSA et l’ECHA

Publié le

L’approbation du glyphosate dans l’Union européenne expirant fin 2022, toute utilisation future nécessite la réévaluation de cette substance active herbicide en termes de risques pour l’homme et l’environnement. Pour mener la première étape de cette réévaluation, un consortium de quatre États membres rapporteurs (France, Hongrie, Pays-Bas, Suède) a été désigné conformément à la législation européenne*. Dans une logique de transparence, ce consortium dénommé « Assessment Group on Glyphosate – AGG » publie depuis le démarrage des travaux en 2019 des informations sur les avancées les plus significatives de ce processus.

Ce 15 juin, à l’occasion de l’envoi du projet de rapport d’évaluation à l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) et à l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques), l’AGG a mis en ligne une synthèse éclairant le processus en cours et les principaux résultats de son évaluation, première étape du processus.

https://www.anses.fr/fr/node/149825

Living Labs et autres approches participatives appliquées à la recherche sur les multi-expositions environnementales et les risques chroniques.

Publié le

Les recherches participatives en santé-environnement restent peu développées en France. Les objectifs
poursuivis de manière générale par les recherches en santé-environnement (ex : identifier des situations
potentiellement à risque, estimer des expositions, évaluer des effets, tester des actions préventives) et les
méthodes employées à ces fins sont variés. Les opportunités d’une plus grande implication de la société
civile et défis associés diffèrent à chaque étape de ces recherches. Ces aspects demandent à être mieux
appréhendés collectivement. Le projet LILAS vise, en amont du développement de futurs projets de
recherches participatives sur les multi-expositions environnementales, à 1) co-construire, entre
chercheurs institutionnels, académiques et représentants de la société civile, une bonne compréhension
commune des principales problématiques et méthodes de recherche en santé-environnement, de leurs
enjeux, prérequis, forces et limites 2) identifier les bénéfices et points de vigilance liés à l’introduction de
plus fortes dimensions participatives dans ces recherches.

https://hal-irsn.archives-ouvertes.fr/irsn-03222498/document

La pollution atmosphérique associée à un risque plus élevé de cancer du sein

Publié le

Les polluants atmosphériques augmentent non seulement le risque de cancer du poumon, mais ils pourraient aussi être un facteur de risque du cancer du sein. C’est ce que révèle une synthèse de la littérature internationale menée par des chercheurs de l’Inserm, du CNRS, et de l’Université Grenoble Alpes. Parmi les trois principaux polluants étudiés, c’est pour le dioxyde d’azote que le niveau de preuve est le plus élevé. Selon les données disponibles, environ 1700 cas de cancers du sein seraient attribuables chaque année en France à l’exposition aux polluants atmosphériques. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Environmental Health Perspectives.

https://presse.inserm.fr/la-pollution-atmospherique-associee-a-un-risque-plus-eleve-de-cancer-du-sein/43037/