Pollution

Contaminants alimentaires : quel est le risque toxique réel ?

Publié le

Parce que la nocivité des substances chimiques peut être amplifiée lorsqu’elles sont combinées, il est difficile d’établir le risque toxique réel lié aux contaminants présents dans notre alimentation. Une équipe vient de conduire une étude qui décrit les cocktails chimiques auxquels les femmes françaises sont plus souvent exposées par ce biais. Elle apporte ainsi les bases à de futures études toxicologiques et épidémiologiques.

https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/contaminants-alimentaires-quel-est-risque-toxique-reel

Pollution de l’air : le carbone suie associé à un risque accru de cancer

Publié le

La pollution de l’air est responsable de milliers de décès chaque année en France. Mieux comprendre comment les différents composés de cette pollution affectent la santé est donc une priorité. Des scientifiques de l’Inserm, de l’université de Rennes 1, de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à l’Irset et de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) à l’UMS 11 se sont intéressés à un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes notamment liées au trafic automobile, le carbone suie. Alors que ce composé a déjà été lié à de nombreux problèmes de santé, leurs travaux suggèrent pour la première fois qu’une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque accru de cancer, notamment du poumon. Les résultats sont publiés dans la revue EHP le 24 mars 2021.

Le bisphénol B, un perturbateur endocrinien pour l’Homme et l’environnement

Publié le

Utilisé dans certains pays hors Union européenne comme alternative au bisphénol A, substance dont le caractère perturbateur endocrinien est aujourd’hui largement reconnu, le bisphénol B présente des propriétés endocriniennes similaires à cette substance, voire légèrement plus prononcées. Suite à la mise en évidence de ces propriétés, l’Anses propose d’identifier le bisphénol B en tant que substance extrêmement préoccupante dans le Règlement européen REACH, à l’instar du bisphénol A. Cette classification vise à éviter les utilisations industrielles de cette substance chimique sur le continent européen en remplacement du bisphénol A, et à obliger les importateurs d’articles de consommation à déclarer sa présence dès qu’il dépasse un seuil de 0.1% dans leur composition.

https://www.anses.fr/fr/content/le-bisph%C3%A9nol-b-un-perturbateur-endocrinien-pour-l%E2%80%99homme-et-l%E2%80%99environnement

L’impact des médicaments sur l’environnement étudié dans des rivières artificielles

Publié le

Les services rendus par les écosystèmes aquatiques sont d’une importance capitale, qui conduit à une attente sociétale forte quant au maintien de leur qualité. Or ces milieux sont le réceptacle d’un grand nombre de substances contaminantes émises par les activités humaines. Les effluents issus des stations d’épuration se révèlent être une source majeure et chronique de pollution, en particulier par des molécules dites « émergentes », catégorie qui inclue les médicaments et dont les impacts sur l’environnement sont très mal connus.

https://theconversation.com/limpact-des-medicaments-sur-lenvironnement-etudie-dans-des-rivieres-artificielles-150976

Pesticides dans les eaux destinées à la consommation humaine : quelle contribution de l’Anses pour protéger la santé des consommateurs ?

Publié le

En diffusant dans notre environnement, les pesticides peuvent se transformer en une ou plusieurs autres molécules appelées « métabolites ». Les substances actives de pesticides ainsi que leurs métabolites sont ainsi susceptibles de contaminer les ressources en eau et de se retrouver dans les eaux destinées à la consommation humaine (EDCH). L’Anses vient en appui aux autorités dans la gestion des dépassements des limites réglementaires fixées, afin de garantir la santé du consommateur. Elle a également conçu une méthode pour identifier, parmi les métabolites de pesticides, ceux qui devront faire l’objet d’une attention prioritaire au regard des enjeux sanitaires associés à la consommation de l’eau.

https://www.anses.fr/fr/content/pesticides-dans-les-eaux-destin%C3%A9es-%C3%A0-la-consommation-humaine-quelle-contribution-de-l%E2%80%99anses

CORTEA Connaissance et réduction des émissions de polluants dans l’air – 5ème restitution du programme CORTEA

Publié le Mis à jour le

Synthèse et recueil des résumés des projets CORTEA achevés en 2020

Le programme CORTEA (Connaissances, Réduction à la source et Traitement des Emissions dans l’Air) a pour objectif de faire émerger des projets de R&D orientés vers l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, de l’industrie, de l’énergie et des transports.
L’ADEME a organisé le 18 juin 2019 à Paris la quatrième journée de restitution des résultats de recherche obtenus dans le cadre de CORTEA vers les utilisateurs potentiels (acteurs et décideurs dans le domaine de la qualité de l’air).
Les domaines concernés pour les projets achevés en 2019 sont :

  • L’agriculture (2 projets : BTEP, EFAC) ;
  • Les transports (4 projets : CAPTATUSCAPTIHV, CaPVeREA, CAREPAF) ;
  • L’énergie et l’industrie (4 projets : CARABLACKEMCAIR, F3, RECOVER) ;
  • La qualité de l’air intérieur (6 projets : AcouREVE, CAB-QAI, EMANE, EVALSDS, ICHAQUAI, PEPS).

https://www.ademe.fr/cortea-connaissance-reduction-emissions-polluants-lair-5eme-restitution-programme-cortea

Cahier de la recherche n°16 : « Les contaminants chimiques seuls ou en mélange »- Comprendre où en est la recherche

Publié le

Depuis la fin du XXe siècle, il est devenu évident que les facteurs génétiques ne suffisent pas à expliquer l’augmentation de la prévalence d’un certain nombre de pathologies chroniques (asthmes et allergies, cancers, troubles métaboliques…). Ainsi, le rôle des expositions environnementales est, de plus en plus, mis en avant dans la genèse des maladies non transmissibles : pollution atmosphérique et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens et maladies métaboliques, produits phytosanitaires et cancer ou maladies neurodégénératives, etc.

https://www.anses.fr/fr/content/les-cahiers-de-la-recherche

« Gagner le combat de l’air intérieur dans les Villes de France » : un cahier de solutions pour un air intérieur de qualité

Publié le

Au moment où la Covid-19 met en lumière la problématique de la qualité sanitaire à l’intérieur des bâtiments, Veolia, le Cerema et Villes de France publient un Cahier des solutions locales « Gagner le combat de l’air intérieur dans les Villes de France, clés de la réussite sur un mandat », fruit d’une mise en commun des différentes expériences.
L’objectif : donner aux élus les solutions pour agir et améliorer durablement la qualité de l’air de leurs bâtiments.

https://www.cerema.fr/fr/actualites/gagner-combat-air-interieur-villes-france-cahier-solutions