environnement sonore

Effets de l’exposition au bruit des avions sur la santé : résultats, à l’inclusion, de l’étude Debats (le rapport 2020)

Publié le Mis à jour le

En 2004, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France a recommandé d’affiner la connaissance de la situation sanitaire résultant de l’exposition au bruit des avions. Faisant suite à cet avis, la Direction générale de la santé et l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires ont suscité la mise en œuvre d’une étude intitulée Debats (Discussion sur les effets du bruit des aéronefs touchant la santé).

L’objectif de l’étude Debats est d’évaluer les effets de l’exposition au bruit des avions sur la santé des riverains des aéroports en France.

Au total, 1 244 riverains des aéroports de Paris-Charles de Gaulle, Lyon-Saint-Exupéry et Toulouse-Blagnac ont été inclus dans l’étude en 2013.

Des informations concernant leurs caractéristiques démographiques, leur mode de vie et leur état de santé (effets sur le sommeil, sur les systèmes cardiovasculaire et endocrinien, troubles psychologiques, état de santé perçu, gêne ressentie) ont été obtenues lors d’un entretien à leur domicile en face-à-face avec un enquêteur en 2013 et lors des suivis en 2015 et 2017. L’exposition au bruit des avions au domicile des participants a été estimée à partir des cartes de bruit produites par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) pour Lyon-Saint Exupéry et Toulouse-Blagnac et par Aéroports de Paris pour Paris-Charles de Gaulle.

Les résultats des analyses portant sur les données recueillies à l’inclusion suggèrent que l’exposition au bruit des avions a des effets délétères sur la qualité et la quantité subjectives du sommeil, les systèmes cardiovasculaire et endocrinien, la gêne, les troubles psychologiques et l’état de santé perçu.

Ces résultats confirment ceux d’études antérieures réalisées à l’étranger. L’analyse longitudinale de l’ensemble des données recueillies en 2013, 2015 et 2017 devrait les conforter.

Lire l’article du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) N° 28, 27 octobre 2020

Lire le rapport Evrard AS, Lefèvre M, Baudin C, Nassur AM, Bouaoun L, Bruitparif, Carlier MC, Champelovier P, Giorgis-Allemand L, Kourieh A, Lambert J, Léger D, Laumon B. Bruit des avions et santé des riverains d’aéroport. L’étude nationale Debats. Résultats à l’inclusion. Université Gustave Eiffel (2020)

Les Perspectives Sonores

Publié le

Les Perspectives Sonores sont l’événement phare du Mois de la Gestion Sonore, opération nationale organisée par l’association AGI-SON et ses relais en région chaque mois de novembre. C’est un temps-fort d’échanges autour de la gestion sonore dans le spectacle vivant au travers d’une thématique déclinée aux 4 pôles d’actions d’AGI-SON.
Cet évènement s’adresse aux professionnels du spectacle vivant, de la santé et de l’enseignement.

https://agi-son.org/formation/ps

 

Jeunes, musique et risques auditifs « 

Publié le

Cette enquête a été dévoilée le 6 novembre par AGI-SON, elle concerne l’évolution des goûts musicaux, des pratiques d’écoute et impacts sur la santé des 12-18 ans. L’enquête a été proposée durant l’année scolaire 2017/2018, dans le cadre de Peace&Lobe®, programme de concerts pédagogiques labellisé par AGI-SON, dont l’objectif est d’apprendre aux collégiens et lycéens à doser leur exposition au son dans leur vie quotidienne.

https://agi-son.org/news/decouvrez-lenquete-jeunes-musique-et-risques-auditifs-62

Sons amplifiés : la nouvelle réglementation entre en scène !

Publié le

Une nouvelle réglementation s’applique à partir du 1er octobre 2018 à tous les lieux diffusant des sons amplifiés (salles, discothèques, festivals, bars, foires, etc.). Ces nouvelles dispositions suscitent de nombreuses interrogations chez les professionnels concernés. C’est pourquoi le Centre d’information sur le bruit organise en décembre prochain un colloque national, avec un triple objectif : rappeler les enjeux, expliquer les textes et débattre des difficultés de mise en œuvre de cette réglementation.

http://www.bruit.fr/sons-amplifies-la-nouvelle-reglementation-entre-en-scene.html

Les transports, premier facteur de bruit pour les Franciliens

Publié le

D’une façon générale, les Français comme l’ensemble des Européens se préoccupent en priorité de la pollution de l’air, de la pollution de l’eau et de l’impact sur la santé des produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours. Mais à l’échelle de leur logement et de leur quartier, c’est la pollution sonore qui les soucie le plus. L’Ile-de-France, où vivent 12 millions d’habitants, se distingue car elle est exposée à un fort niveau de nuisances sonores. En cause, un habitat concentré, une exceptionnelle
densité des infrastructures de transports et des activités économiques.

http://www.credoc.fr/publications/abstract.php?ref=CMV296