qualité de l’air

La qualité de l’air intérieur : guide de consultation à l’attention des médecins

Publié le

Les polluants de l’air intérieur présents dans l’habitat ont une influence sur la santé et le bien-être des occupants. Le médecin, interlocuteur privilégié des populations, est un acteur clé dans la diffusion des bonnes pratiques visant à créer un environnement intérieur favorable à la santé. Aussi, le Plan régional santé environnement francilien (2017-2021) a fait de l’information et de la sensibilisation des professionnels de santé à la qualité de l’air intérieur une priorité tout comme le quatrième Plan national santé environnement.
L’ambition de ce guide est de fournir un support à utiliser lors de la consultation pour accompagner la
prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans le diagnostic étiologique du patient.
Il a été élaboré dans le cadre du réseau ÎSÉE (Île-de-France santé environnement), un réseau porté
par l’Observatoire régional de santé d’Île-de-France qui rassemble les acteurs franciliens mobilisés sur les problématiques relatives à la santé environnementale. Il est le fruit d’un travail mené par un groupe pluridisciplinaire du réseau ÎSÉE constitué de chargées de mission prévention, de conseillères en environnement intérieur, de médecins et d’ingénieurs.

Cliquer pour accéder à Guide_QAI_VF.pdf

SignalAir : l’outil en ligne pour faire connaître les odeurs à La Rochelle

Publié le

Depuis 2020, Atmo Nouvelle-Aquitaine accompagne l’Agglomération de La Rochelle dans le cadre de la surveillance des odeurs sur son territoire.
En mai 2022, un nouvel outil, SignalAir, a été mis en ligne : il propose aux habitants de faire connaître toutes les odeurs du territoire et notamment celles susceptibles de les incommoder.
Les précisions de Sarah le Bail, ingénieure d’études chez Atmo Nouvelle-Aquitaine.

SignalAir : l’outil en ligne pour faire connaître les odeurs à La Rochelle

Influence de l’exposition au bruit et à la pollution de l’air en milieu urbain sur la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse

Publié le

La grossesse constitue une période de vulnérabilité où la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse (CIDG) peut avoir des conséquences majeures sur le devenir de la mère et/ou du nouveau-né. De multiples facteurs en sont à l’origine. Cependant, il reste encore une part non expliquée de CIDG, pour laquelle l’environnement est suspecté de jouer un rôle.Ce travail de thèse est inclus dans le programme PreCEE (Pregnancy Combined Environmental Exposure) et a pour objectif d’étudier l’influence des expositions environnementales aux pollutions sonore et atmosphérique sur la survenue de CIDG, plus particulièrement de troubles de la croissance fœtale et de troubles hypertensifs de la grossesse. Ont été incluses toutes les grossesses de femmes majeures résidant à Besançon ou dans l’unité urbaine de Dijon et ayant accouché au CHU de Besançon ou au CHU Dijon-Bourgogne entre 2005 et 2009, soit plus de 10 000 grossesses. Les caractéristiques socio-démographiques, médicales et médico-obstétricales ont été recueillies à partir des dossiers obstétricaux informatisés et papier. Les niveaux d’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique (dioxyde d’azote (NO2) et particules fines (PM10)) ont été modélisés au domicile de la mère selon des fenêtres spatiales et temporelles différentes.Les résultats montrent que l’exposition au bruit n’est pas associée à la survenue de troubles hypertensifs de la grossesse ou de troubles de la croissance foetale, chez les grossesses uniques. L’exposition aux PM10 est associée à la survenue de troubles de la croissance fœtale chez les grossesses uniques. Cette association n’est pas modifiée par la prise en compte de l’exposition au bruit. Enfin, chez les grossesses multiples, l’exposition au NO2 est associée à la survenue de troubles de la croissance fœtale.

Source : theses.fr – Anne-Sophie Mariet , Influence de l’exposition au bruit et à la pollution de l’air en milieu urbain sur la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse

Évaluation globale des Plans nationaux santé – environnement (2004-2019)

Publié le

Le HCSP a réalisé l’évaluation des trois premières générations de plans nationaux santé environnement (PNSE) (2004 – 2019) et de leurs déclinaisons régionales sous la forme de plans régionaux santé environnement (PRSE).

Quatre thématiques ont été retenues pour l’analyse :

  • Les polluants dans l’air extérieur : ceux du domaine réglementaire et les pollens.
  • L’environnement intérieur : qualité de l’air dans les écoles et les crèches, habitat dégradé, radon, légionellose.
  • Les risques dits émergents : nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens.
  • Les produits chimiques et leurs usages : les produits chimiques dans les biens de consommation, dans l’alimentation, dans l’environnement aquatique. En complément, est intégré dans l’analyse le programme de biosurveillance.

De plus, les thématiques transversales suivantes ont notamment été analysées : l’évolution de la perception du public des risques liés à l’environnement et les actions d’information et de formation menées à l’échelle nationale et régionale.

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1223

Emissions de gaz à effet de serre : la France atteint ses objectifs

Publié le

Le Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (CITEPA) publie une estimation des émissions de gaz à effet de serre de la France pour 2021. Selon cette estimation, les émissions françaises en 2021 sont de 418 Mt CO2e (hors secteur des terres et des forêts). Ces résultats correspondent à la trajectoire prévue par la Stratégie nationale bas-carbone. Le CITEPA publie également les chiffres consolidés des émissions en 2020.

https://www.ecologie.gouv.fr/emissions-gaz-effet-serre-france-atteint-objectifs#xtor=RSS-23

Un programme pour mieux connaître les effets des pollutions industrielles sur la santé des habitants

Publié le

L’association Amaris, qui regroupe des collectivités concernées par les risques technologiques majeurs, a lancé en début d’année, en partenariat avec l’Institut écocitoyen et la métropole de Lyon, le programme « Collectivités et pollutions industrielles » visant à mieux connaître les effets de ces dernières sur la santé. Plus de 30 collectivités participent aujourd’hui à cette démarche.

Source : Un programme pour mieux connaître les effets des pollutions industrielles sur la santé des habitants

Pollution de l’air : diviser par trois la mortalité tout en étant économiquement rentable, c’est possible !

Publié le

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans le monde 9 personnes sur 10 respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants. Les conséquences en matière de santé sont dramatiques, puisque l’OMS estime que l’exposition aux particules fines dans l’air extérieur est responsable de plus de 4 millions de décès par an. L’organisation a d’ailleurs significativement durci, fin 2021, ses valeurs guides en matière de pollution de l’air.

Ces impacts sanitaires se traduisent en impacts économiques conséquents. Ainsi, les coûts économiques de la pollution atmosphérique sur la santé étaient estimés en 2010 à environ 1 700 milliards de dollars dans les pays de l’OCDE, et rien qu’en France, les coûts directs et indirects, à 100 milliards d’euros par an. Pourtant, l’argument économique est parfois évoqué pour justifier de la faible ambition des politiques visant à réduire la pollution atmosphérique, alors même que les mesures de lutte contre la pollution ne donnent, en France, jamais lieu à une évaluation économique de leurs coûts et bénéfices.

Pour combler ces lacunes, nous avons développé le projet interdisciplinaire MobilAir. Son ambition était notamment de répondre à deux questions majeures : quelles mesures adopter pour atteindre un objectif prédéterminé de réduction de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique en ville ? Quels en seraient les coûts et les bénéfices ?

Santé environnementale : une priorité de santé publique

Publié le

D’après l’OMS, la santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures. L’OMS a montré qu’en Europe les facteurs environnementaux qui pourraient être évités ou supprimés provoquent 1,4 million de décès par an, soit au moins 15% des décès.

https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2022/sante-environnementale-une-priorite-de-sante-publique

Perturbateurs endocriniens, services bâtiment, centres techniques, habitat et entretien des locaux. Formation CNFPT

Publié le

Cette formation s’adresse plus particulièrement aux agents et agentes des services d’entretien des locaux, du bâtiment, des centres techniques, et de l’habitat. Elle formation vise à permettre aux agents/agentes territoriaux de connaitre les risques et les recommandations scientifiques, d’être en mesure d’adapter leur pratique professionnelle, voire élaborer des stratégies au niveau de la collectivité.

Source : PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, QUELLES POSSIBILITÉS D’ACTIONS POUR LES COLLECTIVITÉS ? | Review 360