qualité de l’air

Emissions de gaz à effet de serre : la France atteint ses objectifs

Publié le

Le Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (CITEPA) publie une estimation des émissions de gaz à effet de serre de la France pour 2021. Selon cette estimation, les émissions françaises en 2021 sont de 418 Mt CO2e (hors secteur des terres et des forêts). Ces résultats correspondent à la trajectoire prévue par la Stratégie nationale bas-carbone. Le CITEPA publie également les chiffres consolidés des émissions en 2020.

https://www.ecologie.gouv.fr/emissions-gaz-effet-serre-france-atteint-objectifs#xtor=RSS-23

Un programme pour mieux connaître les effets des pollutions industrielles sur la santé des habitants

Publié le

L’association Amaris, qui regroupe des collectivités concernées par les risques technologiques majeurs, a lancé en début d’année, en partenariat avec l’Institut écocitoyen et la métropole de Lyon, le programme « Collectivités et pollutions industrielles » visant à mieux connaître les effets de ces dernières sur la santé. Plus de 30 collectivités participent aujourd’hui à cette démarche.

Source : Un programme pour mieux connaître les effets des pollutions industrielles sur la santé des habitants

Pollution de l’air : diviser par trois la mortalité tout en étant économiquement rentable, c’est possible !

Publié le

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans le monde 9 personnes sur 10 respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants. Les conséquences en matière de santé sont dramatiques, puisque l’OMS estime que l’exposition aux particules fines dans l’air extérieur est responsable de plus de 4 millions de décès par an. L’organisation a d’ailleurs significativement durci, fin 2021, ses valeurs guides en matière de pollution de l’air.

Ces impacts sanitaires se traduisent en impacts économiques conséquents. Ainsi, les coûts économiques de la pollution atmosphérique sur la santé étaient estimés en 2010 à environ 1 700 milliards de dollars dans les pays de l’OCDE, et rien qu’en France, les coûts directs et indirects, à 100 milliards d’euros par an. Pourtant, l’argument économique est parfois évoqué pour justifier de la faible ambition des politiques visant à réduire la pollution atmosphérique, alors même que les mesures de lutte contre la pollution ne donnent, en France, jamais lieu à une évaluation économique de leurs coûts et bénéfices.

Pour combler ces lacunes, nous avons développé le projet interdisciplinaire MobilAir. Son ambition était notamment de répondre à deux questions majeures : quelles mesures adopter pour atteindre un objectif prédéterminé de réduction de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique en ville ? Quels en seraient les coûts et les bénéfices ?

Santé environnementale : une priorité de santé publique

Publié le

D’après l’OMS, la santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures. L’OMS a montré qu’en Europe les facteurs environnementaux qui pourraient être évités ou supprimés provoquent 1,4 million de décès par an, soit au moins 15% des décès.

https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2022/sante-environnementale-une-priorite-de-sante-publique

Perturbateurs endocriniens, services bâtiment, centres techniques, habitat et entretien des locaux. Formation CNFPT

Publié le

Cette formation s’adresse plus particulièrement aux agents et agentes des services d’entretien des locaux, du bâtiment, des centres techniques, et de l’habitat. Elle formation vise à permettre aux agents/agentes territoriaux de connaitre les risques et les recommandations scientifiques, d’être en mesure d’adapter leur pratique professionnelle, voire élaborer des stratégies au niveau de la collectivité.

Source : PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, QUELLES POSSIBILITÉS D’ACTIONS POUR LES COLLECTIVITÉS ? | Review 360

Les samedis des 1000 jours : des ateliers pour accompagner les parents – Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine

Publié le

Le rapport sur les 1000 premiers jours de l’enfant a donné lieu à des plans d’actions ambitieux dont un appel à projets lancé par les ARS. En Nouvelle-Aquitaine, 16 lauréats répondant à différents critères ont été retenus. Parmi ceux-ci : Ingrid Bergeaud, fondatrice du réseau Eponyme, gestionnaire de crèches de collectivités et créateur de micro-crèches urbaines et écologiques qui propose « les samedis des 1000 jours ». Explications

Source : Les samedis des 1000 jours : des ateliers pour accompagner les parents – Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine

D’où vient la pollution de l’air ? Replay webinaire

Publié le

D’où vient la pollution de l’air, quelles substances sont mesurées ? Quels sont les chiffres ? A quelle hauteur certains secteurs contribuent-ils aux rejets toxiques ? Peut-on agir ? Afin d’éclairer les citoyens, de faire face aux idées reçues, d’éviter la stigmatisation d’un coupable unique et idéal, Atmo Nouvelle-Aquitaine a décidé de proposer un webinaire destiné à tout citoyen curieux de comprendre les subtilités des émissions de polluants.

http://www.santeenvironnement-nouvelleaquitaine.fr/transport/dou-vient-la-pollution-de-lair%E2%80%AF-le-replay-du-webinaire-est-en-ligne/

Facteurs contribuant à un habitat favorable à la santé

Publié le

Le présent rapport constitue une première réponse à la saisine relative à l’habitat favorable à la santé adressée par la Direction générale de la santé le 21 avril 2018 au Haut Conseil de la santé publique. Ce rapport constitue un document de référence identifiant les propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé. Une description de l’ensemble des facteurs influençant positivement ou négativement la santé a été réalisée, selon différentes dimensions : l’environnement extérieur proche du logement, caractéristiques du bâti et des occupants incluant leurs comportements. Pour chaque dimension, les sources documentaires les plus pertinentes ont été référencées, sans prétention d’exhaustivité, ainsi que les réglementations applicables et les recommandations d’usage ou d’entretien. Les facteurs identifiés sont pour la plupart du temps interconnectés et les effets sur la santé des occupants résultent de leurs actions combinées. Les risques « émergents » de type nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens ou bien objets  connectés et leur impact sur la vie privée sortent du cadre de ce rapport et n’y sont pas abordés. La description réalisée dans ce rapport des propriétés de l’habitat ayant un impact sur la santé est la première étape d’un processus visant à terme à proposer des lignes directrices pour les règles générales d’hygiène en matière de salubrité des habitations.

Avis du Réseau des Villes-Santé de l’OMS sur l’évolution de la règlementation en matière de la surveillance de la qualité de l’air intérieur de certains établissements recevant du public

Publié le

La règlementation en matière de surveillance de la qualité de l’air intérieur de certains ERP est amenée à évoluer, quatre ans seulement après la mise en place de la règlementation actuelle, sans que l’Etat ait réalisé de bilan cette dernière.

Si les Villes-Santé sont convaincues par l’enjeu que représente la qualité de l’air intérieur, elles constatent que les projets de Décrets modifieraient en profondeur une règlementation qui vient d’être mise en place. Alors que les villes se sont impliquées pour appliquer la règlementation, sont montées en compétence sur la qualité de l’air intérieur et ont aussi amélioré leurs choix de matériaux de construction, de mobilier et de produits d’entretien, la lourdeur (charge de travail et coûts) de la nouvelle règlementation proposée, rigide et couteuse, mène à un véritable découragement à travailler sur le sujet de la qualité de l’air intérieur et ne permettra pas aux collectivités de s’engager dans des démarches volontaristes, pourtant déterminantes pour agir sur la qualité de l’air intérieur.