qualité de l’air

« Encore trop de nos concitoyens respirent un air de mauvaise qualité », estime Jean-Luc Fugit

Publié le

Auditionné à l’Assemblée, le président du Conseil national de l’air – et député – Jean-Luc Fugit a plaidé pour un portage des politiques publiques de qualité de l’air « mieux identifié, plus fort et transversal ». Préconisant l’instauration d’un « diagnostic de performance de la qualité de l’air intérieur », il invite les collectivités locales à faire de la ventilation des salles de classe « une priorité » et à aider leurs concitoyens à changer de véhicules.

Mobilité et qualité de l’air

Publié le

La pollution de l’air est désormais reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme la première cause environnementale de morts prématurées. L’amélioration des connaissances scientifiques établit des liens de causalité avec de nombreuses maladies chroniques et conduit à réévaluer régulièrement les impacts sanitaires de la pollution atmosphérique.

Impact de pollution de l’air ambiant sur la mortalité en France métropolitaine. Réduction en lien avec le confinement du printemps 2020 et nouvelles données sur le poids total pour la période 2016-2019

Publié le

Cette étude a répondu à deux objectifs : – évaluer les impacts à court et plus long terme sur la mortalité, de la diminution transitoire de l’exposition de la population à la pollution atmosphérique en lien avec les mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020 ; – réévaluer le fardeau ou poids total à long terme de la pollution atmosphérique sur la mortalité annuelle en France métropolitaine pour la période 2016-2019 afin de mettre en perspective les résultats obtenus, et plus largement pour actualiser les estimations publiées en 2016 par Santé publique France.

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/air/documents/enquetes-etudes/impact-de-pollution-de-l-air-ambiant-sur-la-mortalite-en-france-metropolitaine.-reduction-en-lien-avec-le-confinement-du-printemps-2020-et-nouvelle

Pollution de l’air : le carbone suie associé à un risque accru de cancer

Publié le

La pollution de l’air est responsable de milliers de décès chaque année en France. Mieux comprendre comment les différents composés de cette pollution affectent la santé est donc une priorité. Des scientifiques de l’Inserm, de l’université de Rennes 1, de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à l’Irset et de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) à l’UMS 11 se sont intéressés à un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes notamment liées au trafic automobile, le carbone suie. Alors que ce composé a déjà été lié à de nombreux problèmes de santé, leurs travaux suggèrent pour la première fois qu’une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque accru de cancer, notamment du poumon. Les résultats sont publiés dans la revue EHP le 24 mars 2021.

CORTEA Connaissance et réduction des émissions de polluants dans l’air – 5ème restitution du programme CORTEA

Publié le Mis à jour le

Synthèse et recueil des résumés des projets CORTEA achevés en 2020

Le programme CORTEA (Connaissances, Réduction à la source et Traitement des Emissions dans l’Air) a pour objectif de faire émerger des projets de R&D orientés vers l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, de l’industrie, de l’énergie et des transports.
L’ADEME a organisé le 18 juin 2019 à Paris la quatrième journée de restitution des résultats de recherche obtenus dans le cadre de CORTEA vers les utilisateurs potentiels (acteurs et décideurs dans le domaine de la qualité de l’air).
Les domaines concernés pour les projets achevés en 2019 sont :

  • L’agriculture (2 projets : BTEP, EFAC) ;
  • Les transports (4 projets : CAPTATUSCAPTIHV, CaPVeREA, CAREPAF) ;
  • L’énergie et l’industrie (4 projets : CARABLACKEMCAIR, F3, RECOVER) ;
  • La qualité de l’air intérieur (6 projets : AcouREVE, CAB-QAI, EMANE, EVALSDS, ICHAQUAI, PEPS).

https://www.ademe.fr/cortea-connaissance-reduction-emissions-polluants-lair-5eme-restitution-programme-cortea

Chauffage domestique et qualité de l’air, benchmark international

Publié le


Cette étude a permis d’identifier, en Europe et en Amérique du Nord, les actions mises en ½uvre par l’instauration de politiques publiques, en vue de limiter l’impact du chauffage domestique à combustion sur la qualité de l’air. 
Les méthodes d’évaluation de ces politiques, notamment les facteurs d’émission pris en compte pour ce secteur, sont ensuite examinées et comparées.

https://www.ademe.fr/chauffage-domestique-qualite-lair-benchmark-international

L’air que nous respirons

Publié le

L’air constitue le premier des éléments nécessaires à la vie. Chaque jour, environ 15 000 litres d’air transitent par nos voies respiratoires. L’homme introduit dans l’atmosphère des substances qui ont des conséquences préjudiciables sur la santé et l’environnement. Ces éléments perturbateurs sont émis par des sources fixes ou mobiles : installations de combustion, activités domestiques, industrielles et agricoles, transport des personnes et des marchandises… Des phénomènes naturels peuvent aussi en être à l’origine.