qualité de l’air

JOURNEE RECOCRECHES – 23 nov. 2021

Publié le Mis à jour le

Depuis la parution du 1er guide RecoCrèches (guide de recommandations pour limiter l’exposition des enfants aux substances chimiques les plus préoccupantes pouvant être présentes dans les EAJE) en janvier 2017, plus de 50 crèches de Nouvelle Aquitaine ont été accompagnées au changement de pratiques en bénéficiant des programmes innovants soutenus par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de sa politique petite enfance – Santé environnement.

Le programme d’accompagnement SAFE-Li a notamment été créé pour aider les collectivités à faire leur transition vers des pratiques et des produits plus sains. A ce jour, ce programme se déploie dans 8 départements sur 12 de la région Nouvelle Aquitaine et continue son déploiement en 2021 et 2022.

LE PROGRAMME DE LA JOURNEE s’articulera autour de 6 thématiques avec le point de vue d’experts et le partage d’expériences des collectivités?(directions Petite Enfance, élus, directions de crèche) et crèches associatives ayant participé au programme SAFE-Li :

  • Hygiène et détergence : nettoyer sans se polluer en période covid?
  • Soigner la qualité de l’air intérieur : et si la COVID-19  allait améliorer nos pratiques?
  • Achats publics petite enfance et produits de nettoyage plus vertueux  :  acheter plus exigeant, c’est possible !
  • L’essaimage – la santé environnementale dans tous les EAJE d’un département : comment y arriver ?
  • Jouer autrement :  osons retourner dehors !
  • Bâtir ou rénover une crèche sainement : quelles recommandations ?

➡️ Inscription sur Eventbrite

Source : JOURNEE RECOCRECHES Billets, Le mar 23 nov. 2021 à 09:00 | Eventbrite

Impact de la pollution de l’air ambiant sur la mortalité en France métropolitaine : réduction en lien avec le confinement du printemps 2020 et impact à long terme pour la période 2016-2019

Publié le

Afin d’endiguer la propagation du SARS-CoV-2, les autorités françaises ont pris des mesures de confinement totalement inédites au printemps 2020, conduisant à un ralentissement massif des activités économiques et sociales en France. Ces mesures ont eu pour conséquences indirectes des réductions locales et ponctuelles de certains facteurs de risques environnementaux, comme par exemple le bruit en ville, ou les concentrations de certains polluants dans l’air 1,2,3. Les études analysant la qualité de l’air en France au printemps 2020 (1), (2), (3) suggèrent notamment des diminutions marquées des concentrations moyennes quotidiennes de NO2 et plus modérées pour les particules fines (PM10 et PM2,5).

Cette étude présente une estimation des impacts sur la santé attribuables à la baisse des niveaux de pollution en lien avec les mesures de confinement adoptées en France métropolitaine au printemps 2020.

Pour mettre en perspective ces résultats, et afin d’actualiser les estimations publiées en 2016 4, une évaluation du fardeau que représente à long terme la pollution de l’air ambiant sur la mortalité annuelle en France métropolitaine pour la période 2016-2019 a également été réalisée.

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2021/13/2021_13_2.html

L’impact de la qualité de l’air sur ma rhinite allergique

Publié le

Le projet Mask@PACA, cofinancé par l’Union Européenne avec les fonds régionaux FEDER,
propose de déployer sur le territoire de la Région Sud et d’Aix Marseille Provence Métropole une étude ciblée sur 3 zones d’intérêt (Marseille, Aix, Etang de Berre) afin de mesurer l’exposition à la pollution et aux allergènes et d’évaluer l’impact de la qualité de l’air sur la santé des citoyens. Un des objectifs à termes étant, une prédiction personnalisée pour le citoyen et une stratégie préventive locale adaptée.

https://mask-paca.com/accueil/

Améliorer la qualité de l’air aux abords des écoles : des repères méthodologiques

Publié le

Plus de trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France selon l’Organisation mondiale de la santé. Si la pollution de l’air a des impacts sur la santé de tous et de toutes, les enfants y sont particulièrement vulnérables en raison de l’immaturité de leur organisme et de leur fréquence respiratoire plus élevée. Face à ces enjeux, les responsables locaux ont un rôle à jouer pour agir sur la qualité de l’air, notamment par la mise en place d’actions au sein des communes et aux abords des écoles.

Ces repères s’adressent aux équipes des établissements scolaires et aux élu·es et agents des collectivités, en vue de leur permettre de mener un projet visant à améliorer la qualité de l’air extérieur aux abords des établissements scolaires. Il présente la méthodologie de projets permettant de décliner des actions visant l’amélioration de la qualité de l’air aux abords des écoles. Il a été réalisé grâce au soutien de l’Agence régionale de santé Grand Est et de l’Eurométropole de Strasbourg.

Émissions de gaz à effet de serre : le Conseil d’État enjoint au Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires avant le 31 mars 2022

Publié le

La commune de Grande-Synthe et plusieurs associations ont demandé au Conseil d’État d’annuler le refus du Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires pour atteindre l’objectif, issu de l’Accord de Paris, de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030. Le Conseil d’État fait droit à leur demande en observant d’une part que la baisse des émissions en 2019 est faible et que celle de 2020 n’est pas significative car l’activité économique a été réduite par la crise sanitaire et d’autre part que le respect de la trajectoire, qui prévoit notamment une baisse de 12 % des émissions pour la période 2024-2028, n’apparait pas atteignable si de nouvelles mesures ne sont pas adoptées rapidement. Le Conseil d’État enjoint donc au Gouvernement de prendre des mesures supplémentaires d’ici le 31 mars 2022 pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030.

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-le-conseil-d-etat-enjoint-au-gouvernement-de-prendre-des-mesures-supplementaires-avant-le-31-mars-2022

« Encore trop de nos concitoyens respirent un air de mauvaise qualité », estime Jean-Luc Fugit

Publié le

Auditionné à l’Assemblée, le président du Conseil national de l’air – et député – Jean-Luc Fugit a plaidé pour un portage des politiques publiques de qualité de l’air « mieux identifié, plus fort et transversal ». Préconisant l’instauration d’un « diagnostic de performance de la qualité de l’air intérieur », il invite les collectivités locales à faire de la ventilation des salles de classe « une priorité » et à aider leurs concitoyens à changer de véhicules.

Mobilité et qualité de l’air

Publié le

La pollution de l’air est désormais reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme la première cause environnementale de morts prématurées. L’amélioration des connaissances scientifiques établit des liens de causalité avec de nombreuses maladies chroniques et conduit à réévaluer régulièrement les impacts sanitaires de la pollution atmosphérique.