qualité de l’air

Aménager des écoles favorables à la santé | ORS Pays de la Loire

Publié le

Alors que de nombreux projets de réaménagement de cours d’écoles se développent dans la région, l’Agence régionale de santé Pays de la Loire a souhaité que la santé puisse être placée au cœur de ces démarches.

Cette synthèse de la littérature, réalisée par l’ORS à destination des décideurs publics comme du personnel de l’Éducation nationale et des aménageurs, vise à décrire les liens entre espaces scolaires et déterminants de la santé : qualité de l’air, ambiance sonore, confort thermique et visuel, activité physique, accès à la nature et à la biodiversité…

Source : Aménager des écoles favorables à la santé | ORS Pays de la Loire

Retour sur le colloque « Agir sur mon territoire pour améliorer la qualité de l’air dans et autour des écoles »

Publié le

Les 1er et 2 décembre s’est tenue le colloque « Agir sur mon territoire pour améliorer la qualité de l’air dans et autour des écoles » organisé par l’APPA. A destination des collectivités, ce colloque proposé en format hybride (présentiel ou distanciel) a réuni près de 200 personnes sur les deux jours.

Autour de quatre conférences, quatre tables rondes et ateliers, les participants ont pu découvrir des résultats d’études scientifiques, les actualités réglementaires, des outils d’aide à l’achat public ainsi que plusieurs retours d’expérience d’actions mises en place par les collectivités elles-mêmes.

Retour sur le colloque « Agir sur mon territoire pour améliorer la qualité de l’air dans et autour des écoles »

Pollution de l’air : le plan national d’actions « 2022-2025 » est paru

Publié le

Le plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prépa), dans sa version actualisée, a été publié ce 16 décembre. Attendu au tournant sur ce dossier, le gouvernement table sur de nouvelles mesures sectorielles pour améliorer la qualité de l’air pour les quatre prochaines années (2022-2025), et ainsi répondre aux exigences de la directive européenne 2016/2284.

Source : Pollution de l’air : le plan national d’actions « 2022-2025 » est paru

Pollution de l’air : le plan national d’actions « 2022-2025 » est paru

Publié le

Le plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prépa), dans sa version actualisée, a été publié ce 16 décembre. Attendu au tournant sur ce dossier, le gouvernement table sur de nouvelles mesures sectorielles pour améliorer la qualité de l’air pour les quatre prochaines années (2022-2025), et ainsi répondre aux exigences de la directive européenne 2016/2284.

Source : Pollution de l’air : le plan national d’actions « 2022-2025 » est paru

Zones à faibles émissions mobilité : les mesures pour lutter contre la pollution de l’air

Publié le

Le mardi 25 octobre 2022 à l’occasion du 1er comité ministériel sur les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m), le Gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre la pollution de l’air dans les agglomérations.

La pollution de l’air entraine plus de 40 000 décès par an. Dans les grandes agglomérations, le secteur des transports représente plus de la moitié des émissions. Les lois d’orientation des mobilités (2019) et climat et résilience (2021) ont fixé un cadre et des obligations pour instaurer des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m).

Il existe aujourd’hui 11 agglomérations qui ont mis en place une ZFE-m : Paris, Lyon, Aix-Marseille, Toulouse, Nice, Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Rouen, Reims et Saint-Etienne. D’ici 2025, 32 ZFE-m supplémentaires seront créés (dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants).

Pour aller plus loin, et réduire la pollution atmosphérique dans les ports, Le Gouvernement lance également des travaux d’expérimentation avec les collectivités volontaires afin de réduire les émissions associées aux zones portuaires.

https://www.ecologie.gouv.fr/zones-faibles-emissions-mobilite-mesures-lutter-contre-pollution-lair#xtor=RSS-22

La qualité de l’air intérieur : guide de consultation à l’attention des médecins

Publié le

Les polluants de l’air intérieur présents dans l’habitat ont une influence sur la santé et le bien-être des occupants. Le médecin, interlocuteur privilégié des populations, est un acteur clé dans la diffusion des bonnes pratiques visant à créer un environnement intérieur favorable à la santé. Aussi, le Plan régional santé environnement francilien (2017-2021) a fait de l’information et de la sensibilisation des professionnels de santé à la qualité de l’air intérieur une priorité tout comme le quatrième Plan national santé environnement.
L’ambition de ce guide est de fournir un support à utiliser lors de la consultation pour accompagner la
prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans le diagnostic étiologique du patient.
Il a été élaboré dans le cadre du réseau ÎSÉE (Île-de-France santé environnement), un réseau porté
par l’Observatoire régional de santé d’Île-de-France qui rassemble les acteurs franciliens mobilisés sur les problématiques relatives à la santé environnementale. Il est le fruit d’un travail mené par un groupe pluridisciplinaire du réseau ÎSÉE constitué de chargées de mission prévention, de conseillères en environnement intérieur, de médecins et d’ingénieurs.

Cliquer pour accéder à Guide_QAI_VF.pdf

SignalAir : l’outil en ligne pour faire connaître les odeurs à La Rochelle

Publié le

Depuis 2020, Atmo Nouvelle-Aquitaine accompagne l’Agglomération de La Rochelle dans le cadre de la surveillance des odeurs sur son territoire.
En mai 2022, un nouvel outil, SignalAir, a été mis en ligne : il propose aux habitants de faire connaître toutes les odeurs du territoire et notamment celles susceptibles de les incommoder.
Les précisions de Sarah le Bail, ingénieure d’études chez Atmo Nouvelle-Aquitaine.

SignalAir : l’outil en ligne pour faire connaître les odeurs à La Rochelle

Influence de l’exposition au bruit et à la pollution de l’air en milieu urbain sur la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse

Publié le

La grossesse constitue une période de vulnérabilité où la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse (CIDG) peut avoir des conséquences majeures sur le devenir de la mère et/ou du nouveau-né. De multiples facteurs en sont à l’origine. Cependant, il reste encore une part non expliquée de CIDG, pour laquelle l’environnement est suspecté de jouer un rôle.Ce travail de thèse est inclus dans le programme PreCEE (Pregnancy Combined Environmental Exposure) et a pour objectif d’étudier l’influence des expositions environnementales aux pollutions sonore et atmosphérique sur la survenue de CIDG, plus particulièrement de troubles de la croissance fœtale et de troubles hypertensifs de la grossesse. Ont été incluses toutes les grossesses de femmes majeures résidant à Besançon ou dans l’unité urbaine de Dijon et ayant accouché au CHU de Besançon ou au CHU Dijon-Bourgogne entre 2005 et 2009, soit plus de 10 000 grossesses. Les caractéristiques socio-démographiques, médicales et médico-obstétricales ont été recueillies à partir des dossiers obstétricaux informatisés et papier. Les niveaux d’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique (dioxyde d’azote (NO2) et particules fines (PM10)) ont été modélisés au domicile de la mère selon des fenêtres spatiales et temporelles différentes.Les résultats montrent que l’exposition au bruit n’est pas associée à la survenue de troubles hypertensifs de la grossesse ou de troubles de la croissance foetale, chez les grossesses uniques. L’exposition aux PM10 est associée à la survenue de troubles de la croissance fœtale chez les grossesses uniques. Cette association n’est pas modifiée par la prise en compte de l’exposition au bruit. Enfin, chez les grossesses multiples, l’exposition au NO2 est associée à la survenue de troubles de la croissance fœtale.

Source : theses.fr – Anne-Sophie Mariet , Influence de l’exposition au bruit et à la pollution de l’air en milieu urbain sur la survenue de complications et d’issues défavorables de la grossesse

Évaluation globale des Plans nationaux santé – environnement (2004-2019)

Publié le

Le HCSP a réalisé l’évaluation des trois premières générations de plans nationaux santé environnement (PNSE) (2004 – 2019) et de leurs déclinaisons régionales sous la forme de plans régionaux santé environnement (PRSE).

Quatre thématiques ont été retenues pour l’analyse :

  • Les polluants dans l’air extérieur : ceux du domaine réglementaire et les pollens.
  • L’environnement intérieur : qualité de l’air dans les écoles et les crèches, habitat dégradé, radon, légionellose.
  • Les risques dits émergents : nanomatériaux, ondes électromagnétiques, perturbateurs endocriniens.
  • Les produits chimiques et leurs usages : les produits chimiques dans les biens de consommation, dans l’alimentation, dans l’environnement aquatique. En complément, est intégré dans l’analyse le programme de biosurveillance.

De plus, les thématiques transversales suivantes ont notamment été analysées : l’évolution de la perception du public des risques liés à l’environnement et les actions d’information et de formation menées à l’échelle nationale et régionale.

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=1223