gestion des risques

Effets sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences 

Publié le

L’Anses publie ce jour une nouvelle expertise sur les effets sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences. Au regard des données disponibles, l’Agence réitère ses conclusions de 2010 sur l’association possible entre l’exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences et le risque à long terme de leucémie infantile, ainsi que sa recommandation de ne pas implanter de nouvelles écoles à proximité des lignes à très haute tension.

Source : Effets sanitaires liés à l’exposition aux champs électromagnétiques basses fréquences | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Un livre blanc pour bannir vite (et bien) le plastique à la cantine

Publié le

L’Association nationale des directeurs de la restauration collective (Agores) publie un livre blanc consacré aux « alternatives aux conditionnements en plastique dans la restauration collective ». Il s’agit pour elle de la « première étape » d’une transition qui, selon la loi Egalim, devrait s’achever en 2025 ou 2028. Les dernières déclarations du Premier ministre laissent entendre qu’il faudrait aller beaucoup plus vite.

https://www.banquedesterritoires.fr/un-livre-blanc-pour-bannir-vite-et-bien-le-plastique-la-cantine?pk_campaign=Flux%20RSS&pk_kwd=2019-06-12&pk_source=Actualit%C3%A9s%20Localtis&pk_medium=RSS

Additif alimentaire E171 : l’Anses réitère ses recommandations pour la sécurité des consommateurs 

Publié le

L’additif alimentaire E171, constitué de particules de dioxyde de titane (TiO2) notamment sous forme nanoparticulaire, est utilisé dans de nombreux produits alimentaires. Suite à ses travaux d’expertise conduits en 2017, l’Anses a été saisie en février 2019 pour faire le point des études les plus récentes sur la toxicologie par voie orale du E171 et actualiser ses recommandations. A l’issue de cette expertise, l’Agence conclut qu’elle ne dispose pas d’éléments nouveaux permettant de lever les incertitudes sur l’innocuité de l’additif E171. Dans l’attente d’une meilleure caractérisation du danger et des risques du E171, elle réitère ses recommandations générales sur les nanomatériaux visant notamment à limiter l’exposition des travailleurs, des consommateurs et de l’environnement, en favorisant des alternatives sûres et équivalentes en termes d’efficacité.

Source : Additif alimentaire E171 : l’Anses réitère ses recommandations pour la sécurité des consommateurs | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Avis sur le projet de décret relatif à la lutte anti-vectorielle

Publié le

La Direction générale de la santé a sollicité l’avis du Haut Conseil de la santé publique sur le projet de décret, pris en application de l’article L.3114-5 du code de la santé publique, et relatif à la lutte anti-vectorielle.

L’objet du projet de décret était de prévenir l’implantation et le développement des vecteurs par des mesures d’hygiène et de salubrité et de diminuer la transmission d’agents pathogènes, ainsi que de gérer les épidémies par des interventions rapides autour des cas. Pour atteindre ces objectifs, le projet de décret confiait aux ARS les missions de surveillance entomologique et d’intervention autour des nouvelles implantations de moustiques, fait reposer la gestion des épidémies de maladies à vecteur sur le dispositif Orsec, confie à l’Anses la coordination de l’expertise sur les vecteurs, rappelle le rôle des maires en matière de respect de salubrité sur leur territoire.

Le HCSP a rendu un avis favorable à ce projet de décret.

Source : Avis sur le projet de décret relatif à la lutte anti-vectorielle