alimentation

ADEME Recherche n° 32 – Du champ à l’assiette, comment la recherche éclaire nos pratiques agricoles et alimentaires

Publié le

L’évaluation environnementale des produits agricoles et alimentaires intéresse de plus en plus les consommateurs. En témoignent les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, l’expérimentation en cours sur l’affichage environnemental, ou encore le développement d’écoscores sur les produits alimentaires.
En réponse à ces attentes, la montée en puissance des travaux de recherche sur les outils et dispositifs d’évaluation environnementale ces dix dernières années a positionné la méthodologie de l’analyse du cycle de vie comme la référence permettant d’évaluer tous types de produits et services.
Dans ce contexte, le programme Agribalyse s’est imposé au sein de la communauté internationale d’experts en évaluation environnementale. Programme partenarial innovant, il permet d’aider les consommateurs dans leurs choix alimentaires, d’aiguiller les entreprises agricoles et agroalimentaires dans leurs travaux d’écoconception et d’éclairer les politiques publiques de transition écologique et alimentaire.

https://www.ademe.fr/edito-lettre-recherche-ndeg-32

The 2018 European Union report on pesticide residues in food

Publié le

Under EU legislation (Article 32, Regulation (EC) No 396/2005), EFSA provides an annual report which analyses pesticide residue levels in foods on the European market. The analysis is based on data from the official national control activities carried out by EU Member States, Iceland and Norway and includes a subset of data from the EU‐coordinated control programme which uses a randomised sampling strategy.

https://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/6057

Vers la résilience alimentaire : faire face aux menaces globales à l’échelle des territoires

Publié le Mis à jour le

L’association Les Greniers d’Abondance publie son travail de recherche sur la résilience alimentaire. Il expose les vulnérabilités du système alimentaire contemporain face à différentes crises systémiques : changement climatique, épuisement des ressources, effondrement de la biodiversité… Le guide comprend :

  • Un état des lieux détaillé des vulnérabilités de notre système alimentaire, depuis les champs jusqu’à nos assiettes
  • Une liste d’indicateurs et d’outils pour diagnostiquer la résilience alimentaire de votre territoire
  • Des leviers d’actions pragmatiques et réalistes à disposition des collectivités, tenant compte de leurs compétences réglementaires et de leurs contraintes politiques et budgétaires
  • De nombreux exemples concrets de projets ambitieux, déjà mis en œuvre à travers la France et au-delà
  • Des conseils méthodologiques pour structurer, animer et financer un projet de résilience alimentaire territorial

Home

Compte-rendu du colloque Reterritorialisation de l’alimentation

Publié le

Suite à une enquête nationale, le colloque « Reterritorialisation de l’alimentation : quelle contribution à la durabilité des systèmes alimentaires ? » a été organisé par l’INRA (à présent INRAE) et le Réseau Mixte Technologique Alimentation Locale en novembre 2019.

Les enjeux sont multiples : la reconnexion entre producteurs et consommateurs, la valorisation de la production locale ou bien encore la préservation des terres agricoles. La reterritorialisation retisse les liens entre les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs autour de l’alimentation du territoire : en quoi et à quelles conditions cette dynamique fait-elle émerger des modèles opérationnels et durables ?

https://www.rmt-alimentation-locale.org/post/xx-01-2019-compte-rendu-colloque-reterritorialisation-de-l-alimentation

 

 

Évolution de l’utilisation des additifs alimentaires dans les produits transformés

Publié le

L’Anses publie ce jour un état des lieux de l’utilisation des additifs dans les aliments transformés disponibles sur le marché français, dans le cadre de l’Observatoire de l’alimentation (Oqali) opéré conjointement par l’Anses et l’INRA. Grâce aux données collectées sur plus de 30 000 produits, cette étude permet également de mettre en évidence les évolutions de la présence des additifs dans les aliments. Si la majorité des produits contiennent au moins un additif, les usages sont plus importants pour certaines catégories d’aliments. De façon générale, on observe une baisse de l’emploi des additifs les plus utilisés ; seuls 4 des 46 additifs les plus fréquemment retrouvés sont en hausse pour des usages spécifiques. Ces résultats contribueront à mieux évaluer les expositions des consommateurs aux additifs alimentaires.

https://www.anses.fr/fr/content/evolution-de-l%E2%80%99utilisation-des-additifs-alimentaires-dans-les-produits-transform%C3%A9s

Parcel : un outil gratuit pour reconnecter l’alimentation au territoire

Publié le

À quelques jours de la Journée mondiale de l’alimentation, un outil internet gratuit baptisé Parcel est mis en service : il permet en quelques clics de simuler une conversion et une relocalisation de l’agriculture et de l’alimentation à l’échelle de son choix (quartier, commune, région, etc.). L’intérêt ? Voir immédiatement l’impact de ces choix sur les surfaces agricoles, l’emploi et l’environnement (émissions de CO2, pollution des eaux, biodiversité…).

Source : Parcel : un outil gratuit pour reconnecter l’alimentation au territoire

Les risques sanitaires des pesticides : des pistes d’action pour en réduire les impacts

Publié le

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) salue l’initiative du gouvernement de procéder à une consultation parlementaire sur les pesticides en vue d’une utilisation judicieuse et prudente de ceux-ci.

Les études disponibles démontrent des effets à la santé à long terme liés à l’exposition aux pesticides, surtout dans les milieux agricoles. Même s’il n’existe pas de données épidémiologiques spécifiques au Québec, la population québécoise et ses travailleurs agricoles sont concernés, puisque les pesticides analysés dans ces études sont les mêmes que ceux utilisés ici.

https://www.inspq.qc.ca/publications/2572

Un rapport spécial du GIEC souligne le lien entre changement climatique, dégradation des terres et systèmes alimentaires

Publié le

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié, en août, un rapport spécial sur les liens entre changement climatique, désertification, dégradation des terres, gestion durable de celles-ci, sécurité alimentaire et émissions de gaz à effet de serre (GES). Il rappelle que les terres contribuent de manière primordiale aux modes de vie et au bien-être en fournissant de la nourriture, de l’eau, des services écosystémiques et en abritant de la biodiversité.

http://veilleagri.hautetfort.com/archive/2019/09/18/un-rapport-special-du-giec-souligne-le-lien-entre-changement-6176850.html

 

Polluants du quotidien : données inédites chez les enfants et les adultes

Publié le Mis à jour le

Bisphénols, phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés… Pour la première fois, Santé publique France mesure la présence de ces polluants dans l’organisme des enfants et des adultes, auprès d’un large échantillon. Près de 70 biomarqueurs ont ainsi été étudiés. Cette étude permet également d’identifier comment ces personnes ont été exposées à ces substances. Les résultats publiés aujourd’hui montrent que ces polluants du quotidien sont présents dans l’organisme de tous les Français.

Les principaux résultats montrent que :

  • Ces polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble des adultes et des enfants.
  • Les niveaux d’imprégnation mesurés sont comparables à ceux d’autres études menées à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et au Canada à l’exception des retardateurs de flamme bromés, des bisphénols S et F et des parabènes.
  • Des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants. Plusieurs hypothèses issues de la littérature pourraient expliquer ces niveaux : des contacts cutanés et de type « main bouche » plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures…) ; des expositions plus importantes liées par exemple à une exposition accrue aux poussières domestiques ou à un poids corporel plus faible par rapport à leurs apport alimentaires, comparativement aux adultes.

En ce qui concerne les modes d’exposition, les résultats montrent notamment que :

  • L’alimentation n’apparaît pas comme une source d’exposition exclusive à ces substances.
  • L’utilisation de produits cosmétiques et de soins augmente les niveaux d’imprégnation des parabènes et des éthers de glycol.
  • La fréquence de l’aération du logement a une influence sur les niveaux d’imprégnation des perfluorés et des retardateurs de flamme bromés : plus le logement est aéré, plus les niveaux d’imprégnation sont bas.

Lien vers les rapports

Source : Polluants du quotidien : données inédites chez les enfants et les adultes