urbanisme

Urbanisme favorable à la santé : enjeux pour les collectivités de l’Hérault

Publié le

Dans le cadre de l’axe 2 du PRSE 3 « Promouvoir un urbanisme, un aménagement du territoire et des mobilités favorables à la santé  » ainsi que l’axe 1.2 « Favoriser l’appropriation par les collectivités territoriales de leur rôle en santé environnementale », une enquête a été réalisée par le CODES 34 (Comité d’Éducation pour la Santé de l’Hérault) sur les besoins des collectivités héraultaises pour développer des projets d’urbanisme favorable à la santé (UFS).

L’enquête a abouti à un rapport qui :

  • illustre en quoi le concept d’UFS s’intègre dans les pratiques des collectivités,
  • permet d’identifier des freins et des leviers au déploiement de démarches d’UFS par les collectivités,
  • présente des projets existants en matière d’accompagnement des collectivités dans une démarche d’UFS
  • propose des pistes d’actions pour encourager et accompagner les collectivités dans ces démarches.

Source : rapport_d_enquete_ufs_codes_34.pdf

La Couronne : une ville productrice de santé – Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine

Publié le

Depuis 2008, la ville de la Couronne s’est engagée de manière volontariste dans une démarche globale de prise en compte de la santé-environnement. Une politique qui s’est traduite par la mise en œuvre de nombreuses mesures, à travers des options d’aménagement, d’engagement dans des dispositifs et dans sa capacité à impliquer les acteurs locaux. Portrait d’une ville dont la stratégie marketing territoriale s’est tournée en faveur de la santé-environnement.

Source : La Couronne : une ville productrice de santé – Santé Environnement Nouvelle-Aquitaine

Replay / Repérer les impacts potentiels d’un projet urbain sur la santé et les inégalités sociales de santé

Publié le

La grille URBAN-ISS est un moyen très opérationnel de mesurer les impacts de projets urbains sur la santé des habitants : découvrez cet outil présenté par l’AUAT, développé dans le cadre du Plan régional santé environnement (PRSE3) Occitanie.

Les études épidémiologiques menées au début de la crise Covid-19 ont montré de fortes disparités territoriales et sociales. Elles ont mis en exergue l’impact direct des conditions de vie sur la santé des populations. Une personne vivant dans une ville dense, au sein d’un logement surpeuplé ou encore dans quartier politique de la ville est ainsi plus exposée aux risques sanitaires.

Ce constat renvoie directement aux politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme. Collectivités et autorités régionales de santé ont donc intérêt à dialoguer et travailler ensemble pour identifier les déterminants de santé de projets urbains. En santé, le système de soin n’est donc pas le seul facteur à prendre en compte : la santé présente et future est impactée par des déterminants sociaux, environnementaux, ou encore économiques.

Inégalités sociétales et exposome urbain – Des origines sociales pour des expositions différentes 

Publié le

Les études épidémiologiques sont nombreuses aujourd’hui à révéler l’association entre des facteurs d’exposition environnementale et des problèmes de santé, aigus comme chroniques, survenant à différents stades de la vie.
Citons, par exemple, l’exposition à la pollution de l’air associée à de nombreuses infections respiratoires, maladies cardiovasculaires et à certaines issues défavorables de la grossesse.
L’exposition aux nuisances sonores est également reconnue comme pouvant augmenter le risque de maladies cardiovasculaires et perturber la qualité du sommeil.

Inversement, l’accès à certaines ressources et leur disponibilité, comme les parcs, les aires de jeux, ou les espaces verts, sont associés à un meilleur état de santé, de bien-être physique et psychique et à des comportements favorables à la santé.

Dans cette Synthèse, les auteures s’intéressent plus particulièrement à l’exposome dit « urbain », défini par Robinson et al. comme l’ensemble des éléments de l’environnement urbain favorables et défavorables à la santé, et ce, dès la vie in utero.

Article en Open Access à lire : Inégalités sociétales et exposome urbain – Des origines sociales pour des expositions différentes | médecine/sciences

Mesures de lutte contre les îlots de chaleur urbains : mise à jour 2021

Publié le

Cette revue de la littérature rapporte les différentes mesures de lutte contre les îlots de chaleur urbains pouvant être mises en œuvre au Québec par les décideurs et gestionnaires immobiliers publics et privés, les acteurs municipaux, les organismes à but non lucratif et autres concepteurs de projets afin d’assurer des milieux de vie sains et confortables aux citoyens.

https://www.inspq.qc.ca/publications/2839

L’évaluation d’impact sur la santé et L’urbanisme favorable à la santé

Publié le

Pour en savoir plus sur ces thématiques, l’ORS et l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté vous proposent 2 plaquettes succinctes.

L’évaluation d’impact sur la santé (EIS) prend en compte la santé, le bien-être, l’équité et les environnements favorables dans les projets locaux notamment pour l’attractivité des territoires.
En analysant les effets potentiels de vos projets sur la santé, l’EIS vous offre des recommandations concrètes pour développer des cadres de vie sains et améliorer la qualité de vie de vos concitoyens. Celles-ci doivent vous permettre d’augmenter les impacts positifs et de réduire les impacts négatifs de vos décisions sur la santé.

L’urbanisme favorable à la santé (UFS) promeut une démarche de santé globale et la positionne comme facteur essentiel à l’attractivité du territoire, tout en luttant contre les inégalités de santé. Il s’agit d’aborder les questions d’urbanisme et d’aménagement selon une approche systémique et positive de la santé. Ce concept a été initié par le réseau des villes santé de l’OMS Europe en 1987, comme étant « des pratiques d’aménagement qui tendent à promouvoirla santé et le bien-être des populations tout en respectant les 3 piliers du développement durable ».

L’évaluation d’impact sur la santé et L’urbanisme favorable à la santé