eau

Obépine fait des eaux usées un outil de santé publique

Publié le

Obépine a officiellement vu le jour en octobre 2021. Après avoir prouvé l’utilité de mesurer les niveaux de circulation du SARS-CoV‑2 dans les eaux usées pour surveiller l’évolution de l’épidémie de Covid-19, le réseau souhaite à présent se lancer dans de nouveaux projets. Son directeur, Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université et virologue au Centre de recherche Saint-Antoine, se confie sur ces nouvelles ambitions.

Avis relatif aux impacts sanitaires des politiques de substitution des eaux destinées à la consommation humaine dans les usages domestiques par des eaux « non conventionnelles »

Publié le

Il est demandé au HCSP « de contribuer, par son expertise, à l’actualisation de la politique sanitaire
liée aux pratiques de substitution de l’eau potable par des eaux non potables recyclées, en prenant
en compte lorsque nécessaire, les spécificités des territoires, dont celles des territoires
ultramarins. Il est attendu en particulier que le HCSP se prononce sur :

  • Les impacts sanitaires potentiels liés aux mesures pressenties dans le cadre de l’action 7
    des assises de l’eau et au titre de l’article L. 111-9 du code de la construction et de
    l’habitation , dont les impacts suivants :
    o Risque de dégradation globale de la qualité de l’eau potable distribuée à la
    population
    o Risque d’exposition des personnes à des organismes pathogènes et des
    substances chimiques
    o Risque de multiplication d’équipements de stockage de l’eau dont les conditions
    d’exploitation peuvent être favorables au développement de larves de moustiques
    (risque de propagation de maladies à transmission vectorielle)
    o Incertitudes quant à la prise en compte des personnes vulnérables dans les
    modalités de gestion des dispositifs d’utilisation de ressources alternatives
    o Impacts sur le prix de l’eau potable et aux risques induits pour les populations,
    notamment pour les populations les plus précaires, d’une augmentation du prix de
    l’eau potable
    o Incertitudes quant au rapport bénéfices/risques global de ces pratiques

L’eau et la santé – Replay de la table-ronde organisée par le Grand-Poitiers 

Vidéo Publié le

A l’occasion de des journées mondiales de l’eau, le Grand-Poitiers a invité le 22 mars dernier des chercheurs du comité scientifique d’AcclimaTerra.
Ils ont apporté leur expertise sur les impacts du changement climatique sur la qualité et la quantité de la ressource en eau.

  • Le changement climatique et les ressources en eaux – Alain Dupuy – Ecole Nationale Supérieure en Environnement
  • Qualité des eaux de rivières et potabilisation ; développement dans le domaine de l’analyse des eaux – Nathalie Karpel Vel Leitner – Directrice de Recherche CNRS, Université de Poitiers, Institut de Chimie des Milieux et des Matériaux de Poitiers
  • Micropolluants dans l’eau : impacts sur la santé – Antoine Dupuis – Pharmacien au CHU de Poitiers.

Animatrice : Céline Lelard – Responsable du pôle de Production d’Eau Potable – Grand Poitiers Communauté urbaine

Source : grandpoitiers.fr

Agences de l’eau : un premier rapport d’audit relève de bonnes pratiques mais aussi des « points de vigilance »

Publié le

Pour la première fois depuis leur création, les agences de l’eau ont fait l’objet d’un audit interne en 2021, dans le cadre du programme d’audit du ministère de la Transition écologique. Le rapport qui vient d’être publié fait ressortir de bonnes pratiques telles que l’existence dans certains bassins d’accords-cadres avec les conseils régionaux concernés précisant les axes de convergence des politiques en faveur de l’eau. Mais plusieurs « points de vigilance » sont mis en avant, notamment en termes de pilotage, de moyens permettant d’atteindre les objectifs de bon état des masses d’eau et de composition des comités de bassin.

https://www.banquedesterritoires.fr/agences-de-leau-un-premier-rapport-daudit-releve-de-bonnes-pratiques-mais-aussi-des-points-de?pk_campaign=Flux%20RSS&pk_kwd=2022-04-29&pk_source=Actualit%C3%A9s%20Localtis&pk_medium=RSS

Journée mondiale de l’eau : les eaux souterraines en lumière

Publié le

Chaque année depuis 1993, la Journée mondiale de l’eau, qui se tient le 22 mars, met l’accent sur l’importance de l’eau douce. Cette année, le thème « Les eaux souterraines, rendre visible l’invisible » met en valeur cette ressource invisible et pourtant indispensable. Dans le même temps, du 21 au 26 mars 2022, le 9e Forum mondial de l’eau se déroule à Dakar et réunit de nombreux participants de tous les domaines liés à l’eau.

https://www.ecologie.gouv.fr/journee-mondiale-leau-eaux-souterraines-en-lumiere#xtor=RSS-22

Des ateliers en visio pour faire mieux connaître l’eau du robinet

Publié le

Crise sanitaire oblige, les ateliers et conférences organisées par l’association girondine de médiation scientifique Terre et Océan se font en visio. Cela a été le cas pour l’atelier consacré à l’eau du robinet en Gironde le 6 février 2021. Au programme : l’origine de l’eau, sa qualité et la problématique de la recharge des nappes souterraines dans le département. L’enjeu d’un tel atelier : faire mieux connaître la ressource pour mieux la protéger. Eric Veyssy, président de l’association Terre et Océan, revient sur l’atelier qu’il a animé.

http://www.santeenvironnement-nouvelleaquitaine.fr/eaux/des-ateliers-en-visio-pour-faire-mieux-connaitre-leau-du-robinet/

Gestion de l’eau : les limites des démarches participatives en matière d’environnement

Publié le

Face aux défis environnementaux, les décisions prises de manière unilatérale et centralisée ont montré leurs limites. Il est désormais admis que les parties prenantes – acteurs économiques, associations, collectivités locales – doivent être incluses dans une démarche participative et concertée. En France, la Commission nationale du débat public (CNDP), créée en 1995, est notamment en charge de s’assurer de la participation du public à l’élaboration de grands projets d’aménagement du territoire (les projets de parcs éoliens en mer, par exemple)

Rendre accessible l’information sur la santé et l’environnement : le CLS Médoc relance la mobilisation des habitants pour un troisième calendrier.

Publié le Mis à jour le

Connaître son territoire, comment il fonctionne, ses ressources… les calendriers co-écrits par des habitants et l’équipe du PNR du Médoc visent à rendre plus accessibles et compréhensibles les informations en lien avec la santé et l’environnement sur le territoire médocain

Santé & Territoires Nouvelle-Aquitaine

Depuis 2 ans le Parc Naturel Régional (Pnr) Médoc propose un calendrier sur des sujets de santé et d’environnement en Médoc, co-écrit par des habitants et l’équipe du Parc naturel

Dans le cadre du Contrat Local de Santé du Médoc, les plateformes « Hommes et milieux » et « Santé-social » du Parc naturel régional Médoc, avec l’appui technique de l’IREPS Nouvelle-Aquitaine, ont réalisé, pour cette deuxième édition, un calendrier sur le thème de l’eau intitulé « Mon eau en Médoc ».

Ce calendrier s’inscrit dans les mêmes enjeux de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé que la première édition : mieux prendre en compte les différents niveau de littératie en santé des personnes qui vivent sur le territoire en facilitant l’accès et la compréhension des informations sur la  santé et l’environnement.

Voir l’article original 55 mots de plus