cancer

Reconnaitre le caractère cancérigène des médicaments cytostatiques pour améliorer la prévention des professionnels

Publié le

Infirmières, aides-soignants, médecins, vétérinaires, personnels de nettoyage…. De nombreux professionnels sont potentiellement exposés aux cytostatiques, ces médicaments administrés en particulier dans le cadre des chimiothérapies pour soigner les cancers. L’Anses recommande d’inclure les travaux exposant à 18 principes actifs cytostatiques à l’arrêté fixant la liste des procédés cancérogènes en droit du travail. L’Agence émet également des recommandations afin de protéger et sensibiliser les employeurs et les professionnels potentiellement exposés.

https://www.anses.fr/fr/content/reconnaitre-le-caract%C3%A8re-canc%C3%A9rig%C3%A8ne-des-m%C3%A9dicaments-cytostatiques-pour-am%C3%A9liorer-la

Exposition aux métaux de la population française : résultats de l’étude ESTEBAN

Publié le

Santé publique France publie les nouvelles données françaises d’exposition aux métaux de la population française issues de l’étude ESTEBAN. Cette étude a permis de décrire l’exposition à 27 métaux et de mesurer leur présence dans l’organisme des adultes, et pour la première fois à l’échelle nationale chez les enfants. Cette nouvelle photographie des imprégnations souligne que l’ensemble de la population est concerné. Il est donc nécessaire de maintenir les études de biosurveillance pour suivre l’évolution des expositions aux métaux et poursuivre les mesures visant à les réduire, en agissant en particulier sur les sources d’exposition, compte tenu de leurs effets néfastes sur la santé (cancérogénicité, effets osseux, rénaux, cardiovasculaires, neurotoxiques…).

https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/exposition-aux-metaux-de-la-population-francaise-resultats-de-l-etude-esteban

Expositions professionnelles aux pesticides et cancer de la prostate : l’Anses rend son premier rapport d’expertise pour la reconnaissance des maladies professionnelles

Publié le

L’Anses a mené une expertise scientifique sur le cancer de la prostate associé aux expositions professionnelles aux pesticides avec un focus sur le chlordécone au regard de la situation particulière aux Antilles. Il s’agit du premier rapport de l’Agence dans le cadre de sa nouvelle mission d’expertise pour la reconnaissance des maladies professionnelles. Il met en lumière la grande variété des situations professionnelles exposant aux pesticides en France que ce soit dans les secteurs agricoles et non agricoles. L’expertise conclut à une relation causale probable entre le risque de survenue du cancer de la prostate et l’exposition aux pesticides dont le chlordécone. L’ensemble des éléments scientifiques développés dans cette expertise apporte des éléments en faveur de la création d’un tableau de maladie professionnelle dans les régimes agricole et général.

https://www.anses.fr/fr/content/expositions-professionnelles-aux-pesticides-et-cancer-de-la-prostate-l%E2%80%99anses-rend-son

Pollution de l’air : le carbone suie associé à un risque accru de cancer

Publié le

La pollution de l’air est responsable de milliers de décès chaque année en France. Mieux comprendre comment les différents composés de cette pollution affectent la santé est donc une priorité. Des scientifiques de l’Inserm, de l’université de Rennes 1, de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à l’Irset et de l’université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) à l’UMS 11 se sont intéressés à un constituant des particules fines issu de combustions incomplètes notamment liées au trafic automobile, le carbone suie. Alors que ce composé a déjà été lié à de nombreux problèmes de santé, leurs travaux suggèrent pour la première fois qu’une exposition à long terme au carbone suie est aussi associée à un risque accru de cancer, notamment du poumon. Les résultats sont publiés dans la revue EHP le 24 mars 2021.

Cahier de la recherche n°16 : « Les contaminants chimiques seuls ou en mélange »- Comprendre où en est la recherche

Publié le

Depuis la fin du XXe siècle, il est devenu évident que les facteurs génétiques ne suffisent pas à expliquer l’augmentation de la prévalence d’un certain nombre de pathologies chroniques (asthmes et allergies, cancers, troubles métaboliques…). Ainsi, le rôle des expositions environnementales est, de plus en plus, mis en avant dans la genèse des maladies non transmissibles : pollution atmosphérique et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens et maladies métaboliques, produits phytosanitaires et cancer ou maladies neurodégénératives, etc.

https://www.anses.fr/fr/content/les-cahiers-de-la-recherche

 Cancers, risques professionnels et santé environnement

Publié le

Le Fil-à-Fil n° 26 vient de paraître. Au sommaire :

  • Le centre de consultation de pathologies professionnelles (CCPP) de Marseille
  • Actualité : une nouvelle réglementation
  • « Sur le fil – Une action » :  GISCOP84. Une initiative locale
  • « La rubrique méthodologique » : Le circuit de déclaration des maladies professionnelles (ORS Provence-Alpes-Côte d’Azur)
  • « Le fil rouge – Un site Internet » : Le Système d’Information en santé, travail et environnement (SISTEPACA) : un dispositif sur la santé-travail

Source : N° 26 – Cancers, risques professionnels et santé environnement – CRES Paca

Moins de cancers chez les consommateurs d’aliments bio ?

Publié le

Une diminution de 25% du risque de cancer a été observée chez les consommateurs « réguliers » d’aliments bio, par rapport aux personnes qui en consomment moins souvent. C’est ce que révèle une étude épidémiologique menée par une équipe de l’Inra, Inserm, Université Paris 13, CNAM, grâce à l’analyse d’un échantillon de 68 946 participants de la cohorte NutriNet-Santé. Bien que le lien de cause à effet ne puisse être établi sur la base de cette seule étude, les résultats suggèrent qu’une alimentation riche en aliments bio pourrait limiter l’incidence des cancers. Des travaux complémentaires sont toutefois nécessaires pour la mise en place des mesures de santé publique adaptées et ciblées. Cette étude est publiée dans le JAMA Internal Medicine le 22 octobre 2018.

http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Moins-de-cancers-chez-les-consommateurs-d-aliments-bio