épidémiologie & études

Lancet Countdown 2019 Report

Publié le

Le Lancet publie chaque année son rapport sur les effets du changement climatique sur la santé dans le monde, à partir de 41 indicateurs clés.

Cette année, il met l’accent sur la santé des enfants et des jeunes en s’inquiétant des conséquences du changement climatique sur leur santé qu’ils auront à subir toute leur vie (malnutrition, augmentation des maladies infectieuses..), en particulier des effets induits de la pollution atmosphérique (asthme et pathologies cardiaques). Les auteurs du rapport appellent à une action immédiate des Etats à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

2019 Report

 

 

Exposition au cadmium : l’Anses propose des valeurs limites pour mieux protéger les consommateurs et les travailleurs

Publié le

Le cadmium, substance omniprésente dans notre environnement, peut entraîner des risques pour la santé de l’Homme, exposé principalement via l’alimentation. Afin de limiter l’exposition de la population, il apparait indispensable de maîtriser l’apport en cadmium par les activités agricoles, et en particulier lors de l’épandage de matières fertilisantes dont les engrais minéraux phosphatés. L’Anses publie ce jour ses travaux d’expertise dont les résultats visent à renforcer la protection des consommateurs, ainsi que celle des travailleurs. A cette fin, l’Agence établit une nouvelle valeur toxicologique de référence (VTR) par ingestion et recommande d’abaisser les niveaux de cadmium dans les matières fertilisantes afin de limiter l’accumulation dans les sols, le transfert vers les végétaux et in fine l’exposition des consommateurs au cadmium par la voie alimentaire. L’Anses rappelle que certaines populations sont surexposées au cadmium par l’alimentation et souligne donc la nécessité de mettre en œuvre des mesures de protection visant à réduire les apports en cadmium.

https://www.anses.fr/fr/content/exposition-au-cadmium-l%E2%80%99anses-propose-des-valeurs-limites-pour-mieux-prot%C3%A9ger-les

Journée santé PREVention ENvIronnement Reproduction

Publié le

vl4nhDans le cadre de la mise en place des plateformes PREVENIR (PREVention ENvIronnement Reproduction), l’Argence Régionale de Santé Nouvelle Aquitaine et le Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux organise une journée sur la santé reproductive et les facteurs environnementaux

Jeudi 24 octobre 2019 à 9h30 (accueil à 9h)
Grand Amphithéâtre, Institut des Métiers de la Santé
Hôpital Xavier Arnozan, Pessac

9h30 – 10h Introduction

Directeur général du CHU de Bordeaux et Directeur général de l’ARS Nouvelle-Aquitaine

10h – 12h30 Point d’actualité scientifique

  • Environnement et fertilité (R. Leandri – Toulouse)
  • Environnement et grossesse (P. Deruelle – Strasbourg)
  • Environnement et malformations congénitales (Florence Rouget – Rennes)
  • Environnement et développement de l’enfant (M. Bouchard – Montréal)
  • Prévention et santé environnement (V. Migeot – Poitiers)

13h30 – 15h30 Retour d’expérience des plateformes PREVENIR

  • Etat d’avancement
    • Centre ARTEMIS – Bordeaux (F. Delva)
    • Plateforme Reprotoxif, programme Materexpo – Créteil (JC. Pairon, M. Belacel)
    • Plateforme CREER – Marseille (J. Perrin, F. Bretelle)
    • Plateforme Reprotoxif – Paris (J. Langrand, H. Laborde)
    • Plateforme Pre2B – Rennes (R. Garlantezec, C. Paris)

15h30 – 16h30 Perspectives

  • Extension du réseau au niveau national (P. Brochard, L. Sentilhes)
  • Aspects organisationnels, modèle économique (ARS Nouvelle Aquitaine)

La participation à cette journée est gratuite mais sur inscription. Pour vous inscrire vous pouvez envoyer un mail à centre.artemis@chu-bordeaux.fr

La protection des riverains lors de l’utilisation des produits phytosanitaires : les travaux de l’Anses

Publié le

La protection des populations lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques fait partie des missions premières de l’Anses. L’Agence estime l’exposition et évalue les risques pour la santé des travailleurs et des riverains dans le cadre des autorisations de mise sur le marché. Elle a aussi comme priorité d’améliorer les connaissances sur l’impact réel du recours aux pesticides en agriculture sur la santé humaine et environnementale. A ce titre, elle est aujourd’hui impliquée dans plusieurs études scientifiques d’envergure.

CORTEA Connaissance et réduction des émissions de polluants dans l’air

Publié le

Le programme CORTEA (Connaissances, Réduction à la source et Traitement des Emissions dans l’Air) a pour objectif de faire émerger des projets de R&D orientés vers l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, de l’industrie, de l’énergie et des transports.
L’ADEME a organisé le 18 juin 2019 à Paris la quatrième journée de restitution des résultats de recherche obtenus dans le cadre de CORTEA vers les utilisateurs potentiels (acteurs et décideurs dans le domaine de la qualité de l’air). Les domaines concernés étaient pour cette édition l’agriculture (2 projets), les transports (4 projets), l’industrie (4 projets) et la qualité de l’air intérieur (6 projets).
A cette occasion, un recueil de résumés ainsi qu’une plaquette de synthèse des principaux résultats des projets présentés a été éditée.

Source : CORTEA Connaissance et réduction des émissions de polluants dans l’air : 4e r… – ADEME

Polluants du quotidien : données inédites chez les enfants et les adultes

Publié le Mis à jour le

Bisphénols, phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés… Pour la première fois, Santé publique France mesure la présence de ces polluants dans l’organisme des enfants et des adultes, auprès d’un large échantillon. Près de 70 biomarqueurs ont ainsi été étudiés. Cette étude permet également d’identifier comment ces personnes ont été exposées à ces substances. Les résultats publiés aujourd’hui montrent que ces polluants du quotidien sont présents dans l’organisme de tous les Français.

Les principaux résultats montrent que :

  • Ces polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble des adultes et des enfants.
  • Les niveaux d’imprégnation mesurés sont comparables à ceux d’autres études menées à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et au Canada à l’exception des retardateurs de flamme bromés, des bisphénols S et F et des parabènes.
  • Des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants. Plusieurs hypothèses issues de la littérature pourraient expliquer ces niveaux : des contacts cutanés et de type « main bouche » plus fréquents pour des produits du quotidien (jouets, peintures…) ; des expositions plus importantes liées par exemple à une exposition accrue aux poussières domestiques ou à un poids corporel plus faible par rapport à leurs apport alimentaires, comparativement aux adultes.

En ce qui concerne les modes d’exposition, les résultats montrent notamment que :

  • L’alimentation n’apparaît pas comme une source d’exposition exclusive à ces substances.
  • L’utilisation de produits cosmétiques et de soins augmente les niveaux d’imprégnation des parabènes et des éthers de glycol.
  • La fréquence de l’aération du logement a une influence sur les niveaux d’imprégnation des perfluorés et des retardateurs de flamme bromés : plus le logement est aéré, plus les niveaux d’imprégnation sont bas.

Lien vers les rapports

Source : Polluants du quotidien : données inédites chez les enfants et les adultes