Consultation publique relative à la meilleure option de gestion des risques concernant la sécurité des couches pour bébés – Il reste quelques jours

Publié le

Cette consultation est ouverte jusqu’au dimanche 22 septembre 2019 inclus.

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié, le 23 janvier 2019, un avis qui conclut qu’un risque sanitaire associé à la présence de certaines substances dans les couches pour bébés à usage unique ne peut être exclu. Les pouvoirs publics ont alors demandé aux professionnels la mise en œuvre rapide d’actions correctives. Les pouvoirs publics se sont engagés, pour leur part, à assurer une surveillance étroite du marché et à renforcer les réglementations applicables dans un sens plus protecteur pour les consommateurs.

Ils se sont enfin engagés à porter, au niveau de l’Union Européenne, une demande d’évolution de la réglementation en vue de restreindre la présence de certaines substances chimiques dans les couches pour bébés.

L’Anses a été saisie, à cet effet, afin de réaliser une analyse de la meilleure option de gestion des risques suivant le format européen prévu dans le cadre du fonctionnement du règlement européen (CE) no 1907/2006 concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH).

L’Anses préconise notamment dans ses conclusions de porter un projet de modification de l’annexe XVII de REACH restreignant la présence de certaines substances chimiques dangereuses dans les couches pour bébés.

Ces conclusions sont soumises à consultation publique. A l’issue de celle-ci, les autorités françaises décideront des dispositions à porter sur le plan européen.

Il serait très souhaitable, à cette occasion, que l’industrie fournisse des informations sur les conséquences de la non-utilisation en cas de restriction de ces substances et sur les coûts estimés d’une éventuelle substitution et, plus généralement, sur les coûts de mise en conformité résultant d’une restriction. Ces informations permettront ainsi de mesurer l’ampleur des impacts selon l’étendue de la restriction et des utilisations visées.

Il serait également souhaitable de recueillir des informations pertinentes pouvant expliquer la source de formaldéhyde détectée dans le rapport ANSES (2019).

Source : Consultation publique relative à la meilleure option de gestion des risques concernant la sécurité des couches pour bébés – Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire

Focus Qualité de l’air intérieur

Publié le Mis à jour le

A l’occasion de la Journée Nationale de la Qualité de l’Air, le 18 septembre, ce Focus réalisé par PromoSanté IDF en collaboration avec le réseau ISEE se concentre spécifiquement sur le thème de la qualité de l’air intérieur (QAI). Il a été réalisé en partenariat avec le réseau ÎSEE (Île-de-France SantÉ Environnement). Cette sélection de ressources et de liens utiles, pour faire le tour de la question, est introduite par le point de vue de deux professionnelles de l’APPA.

Souce : https://www.promosante-idf.fr/nos-publications/focus-thematiques/focus-5-qualite-de-lair-interieur

Appel à projets continuités cyclables : 111 territoires lauréats

Publié le

Le ministère de la Transition écologique a annoncé ce 14 septembre les 152 projets retenus à l’issue de l’appel à projets « Fonds mobilités actives – Continuités cyclables » lancé fin 2018 dans le cadre du plan vélo. Les dossiers lauréats, qui couvrent 111 territoires, recevront un total de 43,7 millions d’euros pour développer des infrastructures cyclables.

Source : Appel à projets continuités cyclables : 111 territoires lauréats

Ils agissent pour la qualité de l’air extérieurs ! Interviews avec des porteurs d’actions européens. Etude réalisée dans le cadre des Assises Nationales de la Qualité de l’Air 2018

Publié le

Ce benchmark international présente vingt actions pour lutter contre la pollution de l’air. Ces actions sont mises en oeuvre dans une quinzaine de pays en Europe. Deux tiers de ces actions visent à réduire les sources de pollution extérieur (transport, mobilité, urbanisme, chauffage domestique,… ) tandis qu’un tiers porte sur des actions de communication en faveur de la qualité de l’air :

– 12 actions pour réduire les sources de pollution extérieur, soit dans le domaine du transport routier/mobilité des plans de déplacement (SUM, métrobus, flotte de bus et politique de stationnement), ou bien la mise en place d’une fédération d’autopartage (« Car club coalition« ) ou encore de péage (« péage positif »), soit dans d’autres domaines multisectoriels (projets « PREVAIR » et « Leuven »), urbanisme (projet « Growsmarter »), chauffage au bois ( projet « Malopolska for Clean Air ») ou encore dans le transport maritime/fluviall (projet  » Clean Air Port Program ») ;

– 8 actions sur la communication en faveur de la qualité de l’air (projets « CleanAir », « ClairCity », « BreatheLife », « No idling », « comment améliorer le stockage du bois ? », « La mia scuola va in classe A »et « Neighbours for clean air ») et aussi sur la sensibilisation via des citoyens référents (projet « Air Quality Awareness Week »).

La protection des riverains lors de l’utilisation des produits phytosanitaires : les travaux de l’Anses

Publié le

La protection des populations lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques fait partie des missions premières de l’Anses. L’Agence estime l’exposition et évalue les risques pour la santé des travailleurs et des riverains dans le cadre des autorisations de mise sur le marché. Elle a aussi comme priorité d’améliorer les connaissances sur l’impact réel du recours aux pesticides en agriculture sur la santé humaine et environnementale. A ce titre, elle est aujourd’hui impliquée dans plusieurs études scientifiques d’envergure.