santé publique

COVID-19 – Coronavirus et produits chimiques : comment faire bon ménage ?

Publié le Mis à jour le

Hygiène des mains, nettoyage des sols et des surfaces… quels produits utiliser à la maison comme à l’extérieur, pour neutraliser le virus en évitant les produits potentiellement inappropriés, voire néfastes pour la santé !

Pour aider chacun à y voir plus clair, une fiche intitulée « Covid-19 et produits chimiques : comment faire bon ménage ? » a été réalisée en collaboration avec la Mutualité Française Nouvelle-Aquitaine et l’Agence de conseil scientifique Alicse.

Ce document présente de manière simple et illustrée tous les bons réflexes à adopter pour lutter contre le Coronavirus en toute sécurité.

Source : COVID-19 – Coronavirus et produits chimiques : comment faire bon ménage ? | Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine

Qu’est-ce qui rend les poissons obèses ?

Vidéo Publié le

Les poissons zèbres nous apprennent bien des choses sur notre environnement ! C’est en échangeant avec le professeur Patrick BABIN, du laboratoire Maladies Rares – Génétique et Métabolisme (INSERM – Université de Bordeaux) que l’on découvre comment cet animal se révèle d’une aide précieuse pour comprendre l’impact des micro-polluants sur les milieux aquatiques et l’homme.

Cette vidéo a été réalisée par les associations CESEAU et OSE avec l’aide d’Alexandre Nocart et avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, du Ministère de la Transition écologique et solidaire et de Eau Bordeaux Métropole.

Pesticides dans l’air extérieur : l’Anses identifie les substances nécessitant une évaluation approfondie

Publié le Mis à jour le

Télécharger le rapport

L’Anses publie un premier travail d’interprétation sanitaire des résultats de la campagne nationale exploratoire des pesticides (CNEP) dans l’air, qui a été menée conjointement par l’Anses, l’Ineris et le réseau des Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) de juin 2018 à juin 2019.

Il s’agit d’une première étape d’exploitation des résultats en vue de formuler une proposition de surveillance nationale pérenne des pesticides dans l’air dans les prochains mois.

A cette fin, l’Agence identifie 32 substances prioritaires pour lesquelles des investigations approfondies sont nécessaires pour orienter cette surveillance.

Source : Pesticides dans l’air extérieur : l’Anses identifie les substances nécessitant une évaluation approfondie | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

ENQUÊTE : Produits solaires pour enfants, trop de substances préoccupantes !

Publié le

Rapport trop de substances préoccupantes
Télécharger le rapport

A travers une grande enquête commune, les associations Wecf France et Agir pour l’Environnement mettent en évidence la présence de 29 substances préoccupantes contenues dans 71 produits solaires pour enfants, représentatifs du marché de la grande distribution, de la pharmacie et parapharmacie, et des circuits bio.

Les résultats de l’enquête révèlent que aucun des 71 produits n’est exempt de substance problématique pour la santé et l’environnement. Les enfants sont particulièrement vulnérables face aux risques d’exposition à ces substances plus ou moins préoccupantes, parmi lesquelles des perturbateurs endocriniens, des nanoparticules ou encore des allergènes.

Pour lire la suite de l’article : https://www.agirpourlenvironnement.org

Tous les détails de l’enquête, tous les résultats avec le grand tableau des 71 produits et les 29 fiches des substances problématiques dans le rapport.

Un environnement sain en période de Covid-19

Vidéo Publié le

Dans le cadre d’un déconfinement progressif, les assistantes maternelles ont dû s’adapter pour accueillir les jeunes enfants en prenant en compte les gestes barrières et en étant particulièrement vigilantes à l’entretien des locaux, des jouets et au lavage des mains. En cette période de coronavirus, comment concilier les mesures sanitaires avec les enjeux de réduction des polluants ?

Retour sur la webconférence organisée par la Mutualité Française Nouvelle-Aquitaine, avec Anne Lafourcade

Source : Webinaire « Un environnement sain en période de Covid-19 » – Site Union Régionale Nouvelle Aquitaine

Mise en place d’une stratégie territoriale pour la réduction de l’exposition de la population aux pesticides agricoles en Haute-Gironde

Publié le

Dans le cadre du Contrat Local de Santé Haute-Gironde et suite à la déclinaison locale de l’ORSE sur ce territoire, une démarche territoriale a été définie afin de déployer des mesures de réduction des expositions de la population aux produits phytopharmaceutiques.

Cette démarche est financée dans le cadre d’un appel à projet de la DREAL pour mettre en œuvre un projet de réduction d’exposition des riverains aux pesticides.

Ce projet s’est construit avec la filière viticole, l’association Alerte Pesticides Haute-Gironde, la délégation départementale de la Gironde de l’ARS Nouvelle-Aquitaine et la communauté de commune de l’Estuaire permettant ainsi de définir plusieurs objectifs de travail :

  1. Recherches scientifiques, collectes et analyses de données
  2. Diminution de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques dans toutes les exploitations viticoles de Haute Gironde et sortie des CMR (Substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction) en 2021
  3. Investissements relatifs à la mise en visibilité du risque engendré par l’épandage de produits phytopharmaceutiques
  4. Valorisation des bonnes pratiques existantes menées par les viticulteurs
  5. Information sur les produits et leurs impacts sur la santé auprès de la population
  6. Définition concertée d’une charte locale

Un assistant à maîtrise d’ouvrage sera engagé durant une année afin de mettre en œuvre ce programme d’actions en déclinant l’ensemble de ces objectifs sur le territoire.

Télécharger le plan d’actions pour la réduction des expositions de la population aux pesticides agricoles en Haute-Gironde

Déclinaison locale de l’Observatoire Régional Sante Environnement en Haute-Gironde

Publié le Mis à jour le

Santé & Territoires Nouvelle-Aquitaine

L’observatoire régional santé environnement (ORSE) a pour mission de répondre au besoin d’information, de concertation et de médiation sur certaines thématiques spécifiques au territoire

L’ARS Nouvelle-Aquitaine et les communautés de communes de la Haute-Gironde ont travaillé ensemble à l’inscription de cette instance dans le programme d’actions du Contrat Local de Santé de la Haute-Gironde afin d’agir sur la prévention des expositions des riverains de parcelles viticoles aux épandages de produits phytopharmaceutiques (pesticide à usage agricole).

L’ORSE s’est déclinée localement pour la première fois en Haute-Gironde le 12 décembre 2019 au Centre de Formation Multimétiers de Reignac (33860).

L’objectif de l’ORSE lors de cette rencontre était de :

  • Créer un espace neutre de partage et de présentation des connaissances sous forme de démocratie
  • Répondre au besoin de concertation et de médiation des acteurs
  • Recenser et valoriser les bonnes pratiques de prévention des expositions déjà mises en place par la…

Voir l’article original 64 mots de plus

Favoriser l’intégration des enjeux santé environnement dans les politiques locales – PRSE – Bretagne

Publié le Mis à jour le

Agir pour bébé – Des clés pour penser son environnement

Publié le Mis à jour le

Quels changements dans notre quotidien avant, pendant et après la grossesse ? Comment limiter les produits chimiques qui nous entourent ? Comment gérer au mieux les nouvelles émotions qui nous envahissent ?

L’objectif du site Agir pour bébé est d’informer les futurs parents et parents de nouveau-nés sur l’influence pendant la grossesse et la petite enfance des environnements (chimiques, physiques, sociaux, affectifs etc.) sur leur santé et celle de leur enfant.

Site de référence en promotion de la santé périnatale des « 1000 premiers jours » de vie, Agir pour bébé propose une information fiable et scientifiquement validée autour de la grossesse, tout en abordant la période pré-conceptionnelle (projet de grossesse) et les quelques mois après la naissance. Il aborde différents thèmes tels que : les substances chimiques, l’alimentation, l’activité physique, le bien-être, les émotions, l’allaitement, le développement de bébé, la préparation à la naissance, les professionnels de santé, etc.

Les informations et les conseils proposés ont pour volonté de susciter, chez les futurs et nouveaux parents, l’envie de faire du mieux possible, chacun faisant ce qu’il peut avec ce qu’il a et tel qu’il est, pour proposer au (futur) bébé un environnement favorable à son développement.

Agir pour bébé est un site de Santé publique France.

Source : Agir pour bébé – Des clés pour penser son environnement

Consultation publique relative à la meilleure option de gestion des risques concernant la sécurité des couches pour bébés – Il reste quelques jours

Publié le

Cette consultation est ouverte jusqu’au dimanche 22 septembre 2019 inclus.

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié, le 23 janvier 2019, un avis qui conclut qu’un risque sanitaire associé à la présence de certaines substances dans les couches pour bébés à usage unique ne peut être exclu. Les pouvoirs publics ont alors demandé aux professionnels la mise en œuvre rapide d’actions correctives. Les pouvoirs publics se sont engagés, pour leur part, à assurer une surveillance étroite du marché et à renforcer les réglementations applicables dans un sens plus protecteur pour les consommateurs.

Ils se sont enfin engagés à porter, au niveau de l’Union Européenne, une demande d’évolution de la réglementation en vue de restreindre la présence de certaines substances chimiques dans les couches pour bébés.

L’Anses a été saisie, à cet effet, afin de réaliser une analyse de la meilleure option de gestion des risques suivant le format européen prévu dans le cadre du fonctionnement du règlement européen (CE) no 1907/2006 concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH).

L’Anses préconise notamment dans ses conclusions de porter un projet de modification de l’annexe XVII de REACH restreignant la présence de certaines substances chimiques dangereuses dans les couches pour bébés.

Ces conclusions sont soumises à consultation publique. A l’issue de celle-ci, les autorités françaises décideront des dispositions à porter sur le plan européen.

Il serait très souhaitable, à cette occasion, que l’industrie fournisse des informations sur les conséquences de la non-utilisation en cas de restriction de ces substances et sur les coûts estimés d’une éventuelle substitution et, plus généralement, sur les coûts de mise en conformité résultant d’une restriction. Ces informations permettront ainsi de mesurer l’ampleur des impacts selon l’étendue de la restriction et des utilisations visées.

Il serait également souhaitable de recueillir des informations pertinentes pouvant expliquer la source de formaldéhyde détectée dans le rapport ANSES (2019).

Source : Consultation publique relative à la meilleure option de gestion des risques concernant la sécurité des couches pour bébés – Les consultations publiques du ministère de la Transition écologique et solidaire