risques sanitaires

Qualité de l’eau et agriculture : un défi pour les politiques publiques

Publié le

L’eau est un élément essentiel à la croissance économique, à la santé humaine, à l’environnement. La gestion rationnelle des ressources en eau représente pourtant aujourd’hui un défi majeur pour les gouvernements du monde entier.
Ce rapport étudie les liens entre l’agriculture et la qualité de l’eau. Il examine les tendances générales et les perspectives de l’agriculture et de la qualité de l’eau dans les pays de l’OCDE ; décrit les actions récentes des décideurs pour s’attaquer à la question de la qualité de l’eau dans l’agriculture ; et fournit aux pays un ensemble de recommandations pour relever le défi d’améliorer la qualité de l’eau agricole.

49860058.pdf Objet application/pdf.

Dispositif de lutte contre la dissémination du moustique « Aedes albopictus » dans le sud de la France

Publié le Mis à jour le

Début de la surveillance estivale le 1er mai, mesures mises en œuvre et dispositif de communication.

Le moustique Aedes albopictus est un moustique originaire d’Asie qui est implanté depuis de nombreuses années dans certains départements français d’outre-mer de l’Océan Indien et en Europe. En métropole, ce moustique s’est installé et développé de manière significative dans les départements des Alpes-Maritimes (depuis 2004), de Haute-Corse (2006), de Corse du Sud et du Var (2007), des Alpes de Haute-Provence (2010) et dans certains quartiers de Marseille (2010). En 2011, il s’est installé dans l’Hérault, le Gard et le Vaucluse. Il est régulièrement détecté mais de manière épisodique dans certains départements de la région Rhône-Alpes (Rhône, Ain, Savoie, Isère et Drome) et a fait une première apparition en Aquitaine (Gironde et Lot et Garonne).

viaDispositif de lutte contre la dissémination du moustique « Aedes albopictus » dans le sud de la France – Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé (Secteur Santé).

Sécurité sanitaire : l’Anses et l’InVS signent un accord cadre de coopération

Publié le

Le 10 avril 2012, Marc Mortureux, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) et Françoise Weber, directrice générale de l’Institut de veille sanitaire (InVS), ont signé une convention cadre dont l’objectif est de renforcer les relations déjà existantes entre ces deux acteurs majeurs du dispositif national de sécurité sanitaire. Dans ce cadre, ils fixent trois thèmes de travail prioritaires : la surveillance intégrée des expositions aux substances chimiques, la veille et la vigilance sanitaire et la lutte contre les maladies infectieuses.

Anses Agence nationale de sécurité sanitaire Alimentation Environnement Travail.

Les nanoparticules seraient-elles dangereuses pour la santé ?

Publié le

Les nanoparticules sont de plus en plus utilisées dans divers produits de consommation tels que vêtements, médicaments ou encore matériaux de construction. Une récente étude du Folkehelseinstituttet (FHI – institut norvégien de la santé publique) [1] révèle que certaines de ces nanoparticules pourraient affecter les cellules testiculaires et avoir une incidence sur la fertilité.

via2012/04/04 > BE Norvège 107 > Les nanoparticules seraient-elles dangereuses pour la santé ?.

– UFC Que Choisir- Qualité de l’eau potable en France – Eau secours ?

Publié le

Synthèse réalisée à partir des résultats d’analyse de l’eau des 36 568 communes de France métropolitaine, publiés sur le site du ministère de la Santé (http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html), pour six critères : pesticides (quantité totale de pesticides, atrazine et ses métabolites), nitrates, sélénium, qualité bactériologique (bactéries coliformes), aluminium, radioactivité. Pour un critère donné, l’eau d’une commune est considérée comme non conforme si plus de 25 % des analyses pour ce critère sont supérieures à la norme.

En fonction de la proportion d’analyses non conformes, et pour chaque critère, nous avons défini les appréciations suivantes :

– Qualité de l’eau « Bonne » : aucune analyse non-conforme
– Qualité de l’eau « Passable » : moins de 25 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Dégradée » : entre 25 % et 50 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Mauvaise » : entre 50 % et 75 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Très mauvaise » : plus de 75 % d’analyses non-conformes.

viaQualité de l’eau potable en France – Eau secours ? – UFC Que Choisir.