Deux plaquettes de l’Anses sur les insectes

Publié le Mis à jour le

Plaquette « Les insectes dans notre environnement » (février 2015)

Certains insectes peuvent être responsables de maladies touchant les hommes et les animaux : on parle alors de maladies vectorielles (paludisme, dengue, chikungunya pour les humains, fièvre catarrhale ovine pour les animaux, West Nile, fièvre de la vallée du Rift touchant l’homme et l’animal, etc.). En l’absence de vaccin et/ou de traitement, la lutte contre les insectes vecteurs de ces maladies, notamment à l’aide d’insecticides ou de répulsifs, reste la principale voie de maîtrise de ce type de pathologies. Par ailleurs, la santé des végétaux peut également être affectée par des insectes vecteurs de maladies.

Au contraire, d’autres insectes peuvent être utiles, notamment les insectes pollinisateurs indispen- sables au maintien de la biodiversité, ou encore ceux que l’on utilise dans le cadre du bio-contrôle.

Plaquette « Insectes et santé du végétal » (février 2015)

Les insectes, dans leur forme adulte comme à l’état de jeune larve (chenille, asticot, etc.), sont en inter-relation étroite avec le végétal. Ces relations peuvent être bénéfiques : ils transportent, de fleur en fleur, le pollen fécondant, ils sont prédateurs ou parasitent d’autres insectes nuisibles aux plantes.

Mais ces relations peuvent aussi être dévastatrices : certains insectes s’y abritent, s’y nourrissent, détruisant ou mettant en danger les cultures agricoles, les jardins, les forêts, le bois et les récoltes alimentaires. D’autres sont porteurs de maladies destructrices et les disséminent de végétaux en végétaux.

Les méthodes de lutte nécessitent vigilance et ingéniosité pour ne pas porter atteinte à la santé des hommes, à l’environnement mais aussi à la santé des animaux, notamment des autres insectes utiles aux plantes.

viaPlaquette « Les insectes dans notre environnement » | ANSES – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.