Impact économique des perturbateurs endocriniens en Europe | INSPQ – Institut national de santé publique du Québec

Publié le Mis à jour le

Dans le cadre du programme REACH (Registration, Evaluation, Authorization and restriction of Chemicals), la Commission européenne (CE) travaille activement à l’implantation, sur son territoire, d’une réglementation visant à encadrer la production et l’usage des agents chimiques considérés comme « perturbateurs endocriniens » (PE). Un PE est défini par la CE comme étant une « substance exogène causant un effet néfaste chez un organisme sain, ou sa progéniture, par l’entremise de changements dans la fonction endocrinienne ».

Ce projet de réglementation, qui vise notamment la classification de ces substances pour baliser leur autorisation, restriction, retrait progressif ou bannissement, est particulièrement important dans le contexte des politiques publiques de santé environnementale liées à la gestion des risques associés aux produits chimiques. En effet, il est susceptible de créer un précédent scientifique et réglementaire pour les pays cherchant à se conformer aux conventions internationales, telles que la SAICM (Strategic Approach to International Chemicals Management).

Parmi les éléments de gestion de risques à considérer, la CE a demandé aux auteurs de l’article dont il est question ici d’évaluer les coûts directs et indirects pouvant être associés au fardeau de maladies attribuables à l’exposition humaine au PE en Europe (Trasande et al., 2015). Plus spécifiquement, l’étude visait à :
– Estimer la nature et l’impact des maladies et des incapacités attribuables aux PE
– Évaluer la probabilité de causalité entre l’exposition et les problèmes qui en découlent
– Quantifier les coûts attribuables aux PE.

Source :  Institut national de santé publique du Québec