cadre de vie

Perception du bruit en Ile-de-France fin 2021 – Synthèse

Publié le

A la demande de BRUITPARIF, le CREDOC a réédité cette enquête en 2021, afin de voir comment la situation des Franciliens avait évolué sur la période. Il s’agissait, en particulier, de savoir si le repli forcé qui s’est opéré au sein du domicile, avec plus d’une année placée sous le signe de la crise sanitaire, alternant périodes de confinement et de couvre-feu, une réduction drastique des déplacements, la mise en œuvre du télétravail … avait ou pas modifié le rapport des Franciliens à leur environnement et à leur lieu de vie, exacerbant peut-être leur sensibilité au bruit. Les Franciliens sont-ils, en 2021, plus ou moins sensibles au bruit ? Les possibles nuisances sonores sont-elles davantage prises en compte au moment où ils choisissent leur logement ? Les gênes ressenties, notamment à domicile, ont-elles progressé, sont-elles de même nature qu’il y a cinq ans ? Les conflits sont-ils plus nombreux ou bien y a-t-il eu une relative pacification des relations ? A quel moment de la journée, de la semaine, de l’année les gênes sont-elles les plus ressenties? Dans quelle proportion les télétravailleurs, dans une région où le tertiaire est particulièrement bien représenté et où les cadres sont nombreux, trouvent-ils, à domicile, les conditions qui leur permettent sereinement de mener à bien leurs activités ?

L’enquête s’intéresse également à la qualité ressentie de l’audition et aux possibles conduites à risques, liées au travail ou aux loisirs (usage d’un casque, temps passé sur les jeux vidéos, endormissement avec un casque … ) et sonde les enquêtés sur leur participation associative ou citoyenne en lien avec la problématique du bruit, ainsi que sur les solutions à mettre en œuvre pour lutter contre le bruit.

Nouvelle enquête Ifop – JNA 2022 Bruit et santé « Les décibels de la discorde »

Publié le

Depuis 25 ans, l’association JNA fait état de la montée des impacts du bruit et des expositions sonores sur la santé et la qualité de vie sociale des français. Cette nouvelle enquête – réalisée auprès d’un panel représentatif de 1004 individus – fait état d’une nouvelle hausse des problématiques de gênes dues aux bruits et aux expositions sonores auxquels les français sont exposés au quotidien. Fait majeur : les jeunes et les moins de 35 ans s’expriment fortement, contrairement aux idées
reçues. Les surdités et les acouphènes arrivent au 5e rang des inquiétudes de santé. 8 Français sur 10 souhaitent que l’audition soit reconnue cause nationale de santé et 7 sur 10 qu’un plan national
de réduction du bruit soit voté. L’exaspération est réelle et la prise de conscience des Français des effets du bruit sur leur santé et la qualité de leur relation aux autres est en constante augmentation depuis plusieurs années. A la veille de l’élection présidentielle, cette enquête pourra-t-elle donner des pistes aux pouvoirs publics pour mieux être à l’écoute des attentes des Français dans ce domaine.

Cliquer pour accéder à CP-JNA2022-enquete-Ifop.pdf

Construire la nature en ville avec les citoyens

Publié le

Le développement de la nature en ville répond à des impératifs d’adaptation des territoires aux changements climatiques. Il répond aussi à une demande croissante des citoyens, de plus en plus conscients des bienfaits qu’elle leur apporte : embellissement du cadre de vie, agriculture urbaine, espaces récréatifs et propices à la biodiversité… Depuis 2018 la reconquête de la nature en milieu urbain est d’ailleurs inscrite dans le Plan biodiversité. Pour autant, des réticences perdurent (perte de foncier, espèces envahissantes etc.), de même qu’une certaine méconnaissance de la biodiversité urbaine. Or, la pérennité de ces espaces de nature dépend en grande partie de leur acceptation et de leur appropriation par les citoyens.

Inégalités sociétales et exposome urbain – Des origines sociales pour des expositions différentes 

Publié le

Les études épidémiologiques sont nombreuses aujourd’hui à révéler l’association entre des facteurs d’exposition environnementale et des problèmes de santé, aigus comme chroniques, survenant à différents stades de la vie.
Citons, par exemple, l’exposition à la pollution de l’air associée à de nombreuses infections respiratoires, maladies cardiovasculaires et à certaines issues défavorables de la grossesse.
L’exposition aux nuisances sonores est également reconnue comme pouvant augmenter le risque de maladies cardiovasculaires et perturber la qualité du sommeil.

Inversement, l’accès à certaines ressources et leur disponibilité, comme les parcs, les aires de jeux, ou les espaces verts, sont associés à un meilleur état de santé, de bien-être physique et psychique et à des comportements favorables à la santé.

Dans cette Synthèse, les auteures s’intéressent plus particulièrement à l’exposome dit « urbain », défini par Robinson et al. comme l’ensemble des éléments de l’environnement urbain favorables et défavorables à la santé, et ce, dès la vie in utero.

Article en Open Access à lire : Inégalités sociétales et exposome urbain – Des origines sociales pour des expositions différentes | médecine/sciences

Mesures de lutte contre les îlots de chaleur urbains : mise à jour 2021

Publié le

Cette revue de la littérature rapporte les différentes mesures de lutte contre les îlots de chaleur urbains pouvant être mises en œuvre au Québec par les décideurs et gestionnaires immobiliers publics et privés, les acteurs municipaux, les organismes à but non lucratif et autres concepteurs de projets afin d’assurer des milieux de vie sains et confortables aux citoyens.

https://www.inspq.qc.ca/publications/2839

Diminuer les îlots de chaleur urbain : l’A’urba publie un cahier

Publié le

L’agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine (A’urba) a publié cette année ses travaux concernant les mécanismes en jeu et principes pour des aménagements plus résilients en lien avec les îlots de chaleur. En une trentaine de pages, ce cahier de l’A’urba détaille pourquoi, où et comment aménager au mieux ces nouvelles oasis urbaines. Rencontre avec Dimitri Boutleux, ingénieur paysagiste, chargé d’étude en urbanisme et projet urbain à l’A’urba.

De l’îlot de chaleur urbain à l’îlot de fraîcheur